Démontage de l’orgue de Notre-Dame: « le chantier dans le chantier »

Après la catastrophe d’avril 2019 les conjectures allaient bon train sur l’état de l’orgue de Notre-Dame. Miraculeusement préservé du fait de la dalle située au-dessus qui relie les deux tours de la cathédrale, l’instrument de la cathédrale de Nantes détruit n’a pas eu cette chance.

De l’ examen rapide qui a suivi l’incendie, les experts pensaient que l’orgue n’aurait pas besoin d’être déposé. En fait il s’est vite avéré qu’il devrait être démonté car il est encrassé non seulement par la fumée mais par les résidus de plomb et doit être nettoyé de fond en comble.

L’opération délicate de démontage est un chantier en soi et a donc été longuement préparé par un groupement de 3 entreprises mandatées pour ce faire. Rappelons que l’orgue datant du XVIIIe siècle, pour l’essentiel remanié par Cavaillé-Coll en 1868,  avait subi une restauration totale en 1990 puis certains aménagements ensuite notamment une informatisation en 2012. Cette fois il faut en plus que les intervenants soient munis d’une assistance respiratoire du fait de la présence de la poussière de plomb. Les travaux de démontage sont planifiés sur 5 mois car le plus grand orgue de France est composé de 8 200 tuyaux nécessaires aux 115 jeux qui le caractérisent. Les tuyaux les plus longs en bois resteront toutefois sur place.

La première phase qui a commencé cette semaine a consisté tout d’abord à enlever la console qui compte, outre le pédalier, 5 claviers. Il est prévu de ré entendre cette merveille de  technique en avril 2024, espérons que ce challenge sera tenu et que la sonorité de  l’instrument aura pu être retrouvée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *