Dernier Conseil de Paris avant les élections

Cette semaine au Conseil de Paris dont l’ordre du jour comprend 332 projets de délibération, ce qui est peu,  les élus ont voté le budget primitif 2020. Les élections approchant, nul doute qu’il sera remanié par la nouvelle équipe qui sera aux affaires.  Les observateurs ne cachent pas que les grands gagnants à ce jour sont les Verts qui ont obtenu 15 M€ pour installer de nouvelles pistes cyclables, favoriser les rénovations énergétiques de bâtiments, « débitumiser » et végétaliser dans la continuité de ce qui a été privilégié ces dernières années. Sans ces investissements dédiés, les Verts auraient-ils voté ce budget ?

Fidèle à ses promesses passées la Maire a souligné que les impôts locaux restaient à un niveau stable. En revanche les taxes et autres « impôts » de la ville ont cru de façon sensible qu’il s’agisse du stationnement résidentiel,  des amendes,  de la taxe foncière (+ 80,9% entre 2013 et 2018 !). Quant aux droits de mutation sur les transactions  immobilières leur assiette augmente avec la  hausse du prix de l’immobilier et permettent à la ville d’engranger des recettes en hausse favorisées par la situation du marché. Mais cela durera-t-il encore longtemps ?

Si l’équipe en place s’est accordée un satisfecit, l’opposition a fustigé le niveau élevé de la dette,  6 milliards d’€, soit 70% d’augmentation en 6 ans…  En réponse sur ce point, le 1er adjoint de la Maire a annoncé au contraire que la dette aller baisser pour la 1ère fois depuis 2003, se stabilisant à 5,9 milliards d’€ ( juste avant les élections), Une situation financière qualifiée « d’excellente » qui n’est pas partagée par tous les élus et candidats, tant s’en faut.

Conseil de Paris est aussi devenu synonyme de longue liste à la Prévert des nombreuses subventions accordées à nombre d’associations.  Méritent-elles toutes les montants qui leur sont alloués ?

Autres sujets trouvés dans l’ordre du jour, outre les dossiers habituels liés à la santé et au transport,  l’éventualité de rendre le stationnement des motos payant, un amendement (qui a été voté) visant à doubler la production de logements proposés par l’organisme de foncier solidaire créé par la ville de Paris avec ses trois bailleurs sociaux (1 000 logements seront accessibles à 5 000 euros/m2). Par ailleurs sont proposés la demande de création de logements avec plus de 1 100 logements sociaux et quelques dizaines de logements intermédiaires, l’examen du rapport établi sur le devenir du périphérique  et  la désignation des lauréats des appels à projets urbains innovants avec déclassement de certains sites comme le  parking souterrain de la rue du Grenier Saint-Lazare.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *