Des travaux d’ampleur et nombreux : une impression de tournis pour les Parisiens du centre

La Grand Poste du Louvre, la musée du Louvre, la Samaritaine, Le Louvre des Antiquaires, la Bourse du commerce, l’Hôtel de Coulanges (rue des Francs Bourgeois), le musée Carnavalet, Eataly (rue Sainte Croix de la Bretonnerie), la nouvelle sortie de métro rue du Temple et les travaux liés à la prolongation de la ligne 11, la restructuration de l’imposant immeuble destiné à Technicolor (angle rues du Renard et de la Verrerie), la restauration du site Richelieu de la Bibliothèque Nationale (voir photo ci-dessus), la création ou la rénovation d’hôtels ( rue du Temple, du Roi de Sicile, Saint-Paul, Bérenger…), la multiplication effrénée des pistes cyclables autoroutes, les logements sociaux en très grand nombre (caserne des minimes, rue du Temple….) et bien d’autres encore tels ceux de la place de la Bastille qui mord sur le secteur centre.

La liste de travaux ne cesse de s’allonger jour après jour, semaine après semaine. Les Parisiens du centre de Paris sont proches de l’overdose, alors que pointent déjà l’aménagement du quadrilatère des Archives nationales et tous les travaux liés à l’arrivée des jeux olympiques…sans oublier les travaux de moindre importance qui perturbent notre vie quotidienne.

Les déplacements sont plus risqués pour les personnes à mobilité réduite, plus longs lorsque des stations de métro ou des arrêts de bus voire des rues sont fermés. Le bruit et autres nuisances inséparables de tous travaux sont là pour nous rappeler que nos quartiers sont en plein bouleversement.

Séquencer les chantiers de manière satisfaisante pour ceux qui les subissent n’est pas chose aisée.

D’autorisations en autorisations, de recours en recours, de reports en reports et de retards en retards, un nombre élevé d’intervenants, des lourdeurs administratives nombreuses et un parcours semé d’embuches expliquent cette difficulté d’un étalement plus tolérable. La gêne évidente supportée par les habitants ne devrait-elle pas entraîner la mise en place de mesures correctives de la part des décideurs ? En particulier de la mairie de Paris qui, passage obligé, a la main et la vision d’ensemble sur les travaux ?

Les riverains s’étonnent du flou qui règne en la matière et méconnaissent le mode opératoire faute d’une communication transparente présidant au lancement des chantiers. C’est une question que nous porterons auprès des élus et de tous ceux que nous rencontrerons ayant le pouvoir d’apporter les évolutions indispensables afin de rythmer de façon plus ordonnée les innombrables chantiers qui actuellement affectent surtout le centre de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *