Echange avec l’adjoint à la propreté de la Maire de Paris

Marais-Louvre a été reçu par Paul Simondon, adjoint à la Maire de Paris en charge de la propreté  et de la gestion des déchets, il était assisté de son conseiller Xavier Simonin. Un échange très cordial et sympathique qui a permis d’évoquer les différentes problématiques liées à son domaine d’intervention.

L’entretien des rues est organisé par secteur géographique en adéquation aux spécificités des quartiers et sur lesquels évoluent les équipes dédiées. Les incivilités sont souvent la cause de la malpropreté difficile à juguler en temps réel. Ainsi l’affichage sauvage émanant  souvent de grandes  enseignes est « réprimée » avec le peu de moyens autorisés par le législateur, à savoir la facturation du coût de l’enlèvement par les services de la ville des affiches à l’€ prés.  Mais l’économie pour la marque au moyen de cet affiche « gratuit » en matière de communication face au prix ainsi facturé est énorme… Un dépôt de plainte très souvent laissé sans suite est adressé au procureur de la République.  Des discussions sont en cours avec la Préfecture, la DGCCRF ( la  Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes)  et des parlementaires afin de faire évolution ce type d’infraction en amende civile ?  Une campagne de prévention à destination des candidats aux prochains élections municipales sera initiée par la mairie afin d’éviter, sinon limiter, l’affichage sauvage  et le gâchis écologique qui en résulte.

2000 déclarations/jour, l’application « dansmarue » connait un succès qui nécessite moyens et organisation,  c’est-à-dire une logistique assez lourde.  A propos des tags pour lesquels les délais d’enlèvement tardent, il nous est précisé que le prestataire de la ville peut procéder à l’enlèvement jusqu’à 4 m de hauteur.

Les nouveaux modèles de corbeilles  publiques plus solides et de meilleur aspect que les précédentes sont conçues « anti-rats », elles ont été travaillées avec de spécialistes , ce qui leur évite de servir de mangeoire aux rongeurs. Paul Simondon rappelle que l’éradication des rats est une entreprise de longue haleine avec des contraintes propres à ces animaux très adaptables à leur environnement. Différents moyens tenant compte de la réglementation européenne de lutte contre les rongeurs (boîtes  pièges, raticides…) font semble-t-il baisser la population.

Les stickers qui « habillent » le mobilier urbain et l’enlaidissent, accentuent l’impression générale de malpropreté. Leur enlèvement est long et coûteux, une solution pourrait consister à utiliser une peinture spéciale qui faciliterait leur décollement.

Au plan des déchets, des efforts  sont faits en matière de tri sélectif. Toutes les poubelles des immeubles sont équipées de puces électroniques qui facilitent l’analyse des pratiques et ont incité la mairie à aller plus loin. Depuis le 1er janvier, tous les emballages sont acceptés dans les poubelles à couvercle jaune. 8 % supplémentaires sont ainsi récoltés.  En ce qui concerne les déchets verts l’objectif affiché est de parvenir à ce que 50% des déchets déposés dans les poubelles vertes soient utilisés à la production de composte et de  fabrication de bio gaz à bas de méthane plutôt que d’être incinérés. Après un test concluant dans 4 arrondissements dont le 2ème  ,1 000 stations « Trilib » à la disposition de tous faciliteront ce recyclage, là où des poubelles ne peuvent permettre ce tri. Une station mobile de ce type se trouve place Saint-Gervais.

Nous avons souligné combien la propreté était un sujet de préoccupation pour les Parisiens qui seront très attentifs aux propositions des différents candidats à l’occasion des prochaines élections municipales.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *