Echange avec les responsables du nouveau commissariat du centre

 

 Au cours d’un entretien sympathique Marais-Louvre a rencontré le Commissaire divisionnaire Olivier Morges  de la  circonscription Paris centre (qui regroupe les quatre premiers arrondissements) assisté du commandant Leyrat. Le Commissaire nous précise qu’il est, pour la circonscription Paris Centre, l’adjoint du commissaire général Frédéri Cheyre à la tête de l’un des 3 districts regroupant le commissariat du centre et ceux des 8e, 9e 16e et 17e .

Après une présentation de l’association, nous abordons l’organisation du nouveau commissariat qui concentre depuis septembre dernier un effectif de plus de 600 personnes. Pour l’instant des antennes de police subsistent dans  les  Ier (45, place du marché Saint-Honoré), IIIe (4 bis, rue aux Ours) et IVe (27, boulevard Bourdon) qui continuent à accueillir le public. Lors du regroupement physique sans doute en 2022 dans l’ancien Hôtel de la garantie tout de briques rouges face au Square du Temple ces antennes pourraient évoluer et se trouver installées dans d’autres lieux. Dans cette opération les commissariats du IIe et le poste de la rue Pierre Lescaut disparaissent. Le commissaire Morges ne cache pars l’importance de la tâche à mener pour l’équipe du fait d’abord qu’il s’agit d’une réorganisation, mais aussi par la taille des effectifs et du territoire couvert ainsi que des lieux emblématiques qui s’y trouvent (Notre-Dame, le Centre Pompidou, les Halles, le BHV, la Samaritaine, la préfecture de police, la place Vendôme, de grandes entreprises, la Banque de France, le site Richelieu-Louvois de la BNF, de nombreux théâtres …), sans oublier la multiplicité des interlocuteurs (pour les Halles par exemple , ils sont 3, le propriétaire le groupe Unibail –Rodamco-Westfield, l’Etat et la mairie de Paris).

Au plan de la sécurité, il est indiqué une proportion significative de vols à la tire (lieux touristiques) et à l’étalage (aux Halles en particuliers qui concentrent nombre de commerces). Les cambriolages diminuent un peu mais les quartiers du secteur plutôt aisés attirent les délinquants, une baisse est toutefois constatée par rapport à l’an passé. Il s’agit souvent de vols opportunistes, les occupants étant négligents (clés sous la paillasson…). Les locations saisonnières ne sont pas non plus étrangères à la montée de ce phénomène constatée depuis quelques années. En ce qui concerne les atteintes aux personnes, elles existent mais en proportion faible comparée à d’autres arrondissements.

Nous signalons quelques points « chauds » en matière de bruit provenant notamment d’Etablissements irrespectueux vis à vis du voisinage. Nous avons cité les cas qui nous été signalés rues Saint-Sauveur, Greneta, Montmartre, Saint-Martin et Michel Le Comte notamment. Il s’agit de bars–restaurants qui ne respectent pas leur autorisation de terrasse (s’ils en ont), les horaires d’ouverture et de fermeture, et se soucient peu du sommeil des habitants. Il nous a été indiqué que tous ces cas dont certains ne semblaient pas connus feraient l’objet d’un examen des équipes de la police.  Le commissaire Morges rappelle que la circonscription regroupe 3 200 bars-cafés-restaurants soit 1/6 de tous ceux établis à Paris et que la police sur ce sujet est en lien avec la DPSP (Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection ).

Nous attirons aussi l‘attention de la police sur les SDF professionnels installés au mêmes endroits depuis des années. Il apparaît que la réglementation nécessite des interventions en collaboration avec des structures organisées… et les procédures sont longues. Le cas des tentes installées depuis des années devant l’église des Billettes, rue des Archives, ne pourra trouver qu’une issue judiciaire.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *