Faut-il déplacer les gares de l’Est et du Nord ?

En période électorale les meilleurs discours sont ceux qui annoncent la mise en œuvre de mesures réalistes et aisément applicables. Vouloir faire la course à l’échalote n’est plus de mise dans le contexte que nous connaissons où les politiques quels qu’ils soient ont perdu une grande partie de leur crédibilité auprès des électeurs.

L’exemple de la création d’un « Central Park » annoncé par Benjamin Griveaux au Journal du Dimanche en déplaçant la gare de l’Est à La Villette est tout aussi saugrenu que celle faite à l’AFP par Cédric Villani de déporter le trafic des Eurostars de la Gare du Nord à Saint-Denis. Vouloir créer des espaces de verdure, pourquoi pas en ces temps où il faut verdir notre quotidien tout en sauvant la planète du chaos et de l’asphyxie. Mais en l’occurrence, déplacer une gare aussi importante que la Gare de l’Est où arrivent de nombreux trains de banlieue et qui reçoit des trains en provenance et à destination de l’Allemagne, de la Suisse, de l’Autriche et du Luxembourg, va rendre plus difficile le transport quotidien des Franciliens travaillant à Paris. La problématique est la même pour la Gare Nord y compris pour les voyageurs des trains entre le France, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Beaucoup s’insurgent contre cette « fausse bonne idée ». Une idée qui avait agité les esprits il y a 10 ans à l’occasion des réflexions sur le Grand Paris et qui a été abandonnée… Ces déménagements sur le papier semblent méconnaître les contraintes gigantesques qu’il faudra surmonter, les investissements financiers colossaux qui devront y être consacrés alors qu’il y a déjà tant à faire autrement, tant d’autres besoins. Surtout le temps nécessaire avancé par certains spécialistes pour finaliser est de 20 ans au moins ! Encore faut-il aussi que la SNCF et les administrations compétentes donnent leur feu vert pour de telles opérations ? Des commentateurs y voient aussi un certain mépris pour les « banlieusards » et une moindre attractivité de Paris puisque dans le cas de ces 2 gares, il ne sera plus possible d’accéder dans le centre de Paris directement avec le train de départ. Quant à la Gare du Nord, la plus grande gare d’Europe, elle va se trouver de fait marginalisée en comparaison de son positionnement actuel en matière de trafic.

Sur la question des espaces verts, Paris peut certainement mieux faire et plus encore en lien notamment avec la région. En effet la capitale compte déjà 2 grands bois (Boulogne et Vincennes), 2 poumons verts qui sont plus grands que Central Park. Notre capitale gagnerait aussi à être plantée de davantage d’arbres et d’avoir une politique commune avec celle du Grand Paris. Des efforts ont été réalisés mais ils doivent être significativement renforcés. Tel le replantage en cours des arbres du boulevard Beaumarchais qui avaient été coupés, d’autres rues en mériteraient elles aussi. Les infrastructures en sous-sols sont souvent invoquées mais il s’agit d’un faux prétexte mis en avant pour ne pas planter davantage d’arbres. Du reste la Maire actuelle n’a-t-elle pas annoncé un projet de plantation de petites forêts urbaines sur l’esplanade devant l’Hôtel de Ville, l’esplanade de la gare de Lyon (à moins que cette dernière ne soit elle aussi déplacée) ou à l’arrière de l’Opéra Garnier, pour ne citer que ces 3 endroits emblématiques ?

Ne nous leurrons pas, il faut s’attendre dans un proche avenir, verdissement ou non, à de nouveaux travaux justifiés par le changement climatique. Le leitmotiv électoral qui émerge étant qu’il faut « débitumiser », ce mot, nouveau sésame des politiques est aussi synonyme de gros chantiers avec ses multiples désagréments que devront subir une fois encore les Parisiens  !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *