Jules Adler, le peintre des humbles

Le musée de d’art et d’histoire du judaïsme consacre jusqu’au 27 févier une intéressante exposition du peintre naturaliste Jules Adler (1865-1952). Cette rétrospective qui est déjà passée par Evian, Dole et à la Piscine de Roubaix, est une véritable redécouverte d’un artiste oublié.

Souvent qualifié de peintre des humbles ou peintre du peuple, ses thèmes de prédilection sont les fumées d’usines, les hauts fourneaux, la vie quotidienne dans les villes sa source d’inspiration, ils reflètent l’engagement du peintre en faveur des figures du peuple – mineur, petite main ou simple chemineau. « Sa palette sombre dépeint la misère sociale, bien que certaines de ses œuvres soient beaucoup plus légères et festives lors de bals populaires. »

Né à Luxeuil Les Bains, Jules Adler entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1884, il est encouragé dans son travail par le sénateur local Jules Jeanneney et se voit confier l’exécution des fresques de la station thermale. Il peint aussi des faubourgs et leurs ouvriers

Il fait partie de ceux qui défendirent Dreyfus. Avec son épouse il a ouvert durant la 1ère guerre mondiale une cantine pour les artistes nécessiteux.

Jules Adler a essayé 7 fois, en vain, d’entrer à l’Académie des Beaux-Arts où il sera nommé professeur ne 1928. Il a été plusieurs fois médaillé au Salon. Il « a été largement reconnu en son temps, mais son indifférence aux débats des avant-gardes artistiques et son intérêt croissant pour le monde rural l’ont desservi auprès des générations suivantes. » C’est ce qui en fait « aujourd’hui un peintre largement oublié malgré une longue et véritable carrière institutionnelle »

Cette exposition « est l’occasion de réécrire et de découvrir l’œuvre complexe de ce peintre, pris entre modernité et académisme, de mieux comprendre ses hésitations formelles et iconographiques, son inscription dans le contexte historique, socio-culturel et politique de la Troisième République. »

 

71, rue du Temple 3

Mardi, jeudi, vendredi : 11h00-18h00
Mercredi : 11h00-21h00
Samedi et dimanche : 10h00-19h00

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *