La Comédie française n’a aucune ride

La Comédie-Française créée en 1680 a regroupé la troupe de l’hôtel Guénégaud (troupe de Molière) et celle de l’hôtel de Bourgogne, cet acte confère le monopole de jouer à Paris. Le répertoire se limite alors aux pièces de Molière, Corneille, Racine et Scarron. L’institution a fonctionné dans le cadre de ce statut jusqu’à la Révolution qui ordonna sa fermeture en 1793, les comédiens ayant été emprisonnés, jugés trop proche de la royauté. En 1799, les autorités mettent à la disposition des comédiens, afin de reconstituer cette magnifique troupe, la salle du théâtre de la République qui deviendra très en vogue sous le Ier Empire et la Restauration. Le statut actuel de la Comédie Française date de cette époque lorsque, en pleine campagne de Russie, Napoléon édicta, en octobre 1812 (décret de Moscou), les règles de l’institution. 

La Salle Richelieu où se produisent les comédiens a été conçue par l’architecte Victor Louis à qui l’on doit aussi le magnifique théâtre de Bordeaux. Malheureusement un grave incendie endommagea le bâtiment début 190O et c’est Jules Guadet, grand prix de Rome, qui le rebâtit en un temps record pour l’exposition universelle de 1900. Jules Guadet travailla avec Charles Garnier à la construction de l’Opéra Garnier et fut l’architecte de la Grande Poste du Louvre.

En 1913 le nouveau plafond de la salle Richelieu peint par Albert Besnard qui a  aussi réalisé la coupole du Petit Palais est inauguré. Le rideau de scène peint par Olivier Debré (le frère de Michel Debré) le sera beaucoup plus tard …en 1987. Ce dernier a aussi réalisé les rideaux de scène des opéras de Hong-Kong et Shanghai. Rappelons que le «Fauteuil de Molière» dans lequel il a agonisé en pleine représentation du Malade imaginaire est exposé dans le foyer.

 

La Comédie-Française propose des visites guidées tous les samedis et dimanches à 11h00, il est préférable de réserver. Le parcours retrace l’histoire et le fonctionnement du théâtre à travers sa collection d’œuvres d’art, ainsi que son fonctionnement actuel : la Troupe, le Répertoire, l’alternance, les trois théâtres, les métiers, toute la vie de l’institution  qui donne près de neuf cents représentations par saison. 

Sont actuellement à l’affiche du Français « La puce à l’oreille » de Georges Feydeau et « La petite sirène » de Christian Andersen. Les commentaires sur La puce à l’oreille rappellent que la pièce fut jugée en 1907 comme le brillant retour de Feydeau au vaudeville sur le thème du sosie. La critique s’est exclamée c’est « un feu d’artifice allumé au-dessus d’une fourmilière ». La pièce qui n’avait pas été montée au Français depuis 1978 a été confiée au metteur en scène Lilo Baur. Thierry Hancisse remarquable dans « Chat en poche » interprète un truculent Augustin Ferraillon et Alexandre Pavloff est un parfait docteur Finache. Géraldine Martineau « adapte de son côté le conte d’Andersen en alexandrins libres et imagine une forêt musicale de coraux. » On retrouvera avec plaisir, parmi les interprètes, Danièle Lebrun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *