La Maire de Paris demande enfin le port du masque obligatoire

Les médias ont relayé abondamment la demande pressante faite par la Maire de Paris à l’adresse du préfet de police afin de rendre le port du masque obligatoire en extérieur (dans certaines zones) face au risque de seconde vague de la pandémie. Il s’agit effectivement d’une sage mesure à laquelle il est difficile de ne pas souscrire sachant que de nombreuses villes l’ont déjà mise en œuvre, il faudrait même décider de l’étendre à l’ensemble de l’espace public. Cette soudaine volonté de rentrer dans le rang n’est-elle pas une sorte de demande de l’arroseur arrosé ? N’avons nous pas dénoncé l’absence de port du masque aux terrasses (généreusement agrandies sans aucune concertation par la Maire au seul bénéfice des bars et restaurants) sans que les mesures de distanciation soient respectées ? L’opération « Paris Plage » aurait dû purement et simplement être annulée pour éviter les regroupements, là encore certaines images ont circulé montrant que sur les quais aménagés pour l’occasion les comportements n’étaient pas responsables. Les images de la foule agglutinée déambulant sans protection au bord du canal Saint-Martin ont choqué…

Alors à qui la faute ? La Maire de Paris n’a t’elle pas interpellé le gouvernement pour obtenir la réouverture des parcs et jardins avant même la fin du confinement ? Il est facile aujourd’hui de quémander le port du masque obligatoire au préfet pour ne pas apparaître à l’écart des autres communes, ni comme responsable de l’évolution défavorable de la pandémie

Ce type de comportement que l’on peut qualifier d’opportuniste est désagréable mais ne trompe personne. Il  ne faut pas prendre de décisions « courtermistes » voire démagogiques en ces temps de pandémie, de canicule et de forte pollution. Les « citoyens » administrés par l’équipe municipale en place ne sont pas dupes et heureusement pour la plupart ne suivent pas à la lettre les directives en « stop sans go » qui arrivent jour après jour de la mairie en fonction des conditions du moment qu’il s’agisse de l’opinion du public perçue par les capteurs municipaux, des règlements qui s’imposent ou non et des tendances y compris d’ordre sanitaire.

Il faut être pragmatique certes, mais aussi et nous le répétons souvent, avoir une vraie vision dans l’action.

Tel n’est pas le cas assurément, c’est regrettable pour les Parisiens car la période actuelle est grave et ne souffre d’aucun amateurisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *