Le budget participatif en question !

A chaque rentrée d’automne, les Parisiens sont sollicités pour voter dans le cadre du budget participatif pour lequel nous avons exprimé depuis longtemps nos réserves tant au plan de l’opération qui est du pur marketing,  qu’au contenu souvent banal de certains projets présentés, ainsi que  sur les longs délais de réalisation, si la mise en œuvre est acceptée. Ce saupoudrage donne à la fois un côté petit bras à cette opération qui à la lecture de certains projets soumis semble vouloir pallier les carences dans le choix des investissements de la ville (la rénovation d’écoles, l’achat d’une laveuse de trottoirs ou une harpe pour un conservatoire…) .

L’examen des dossiers mis en ligne sur le site de la Mairie afin de procéder au votre se présente comme une longue liste à la Prévert, les projets apparaissant au fils de l’eau et plusieurs d’entre eux sont repris plusieurs fois. Tout cela donne une impression de fouillis… Mais un demi-milliard d’€  sont en jeu!

En ce qui concerne les 4 arrondissements du centre, nous avons relevé, parmi les innombrables dossiers, pour le 1er la rénovation énergétique d’une école non encore déterminée (550 K€), la réfection de tuyaux de l’orgue de Saint-Eustache (120 K€) et la végétalisation des murs autour du pont Royal (200 K€). Le 2ème arrondissement regroupe l’agrandissement de la bibliothèque Charlotte Delbo (220 K€), une « assothéque » mutualisant des équipements pour les associations (40K€), un laboratoire citoyen pour l’environnement et la santé (200 K€), des accès de dépose minute dans le quartier Montorgueuil afin de faciliter les livraisons (20 K€), des jeux et équipements sont demandés dans le square Jacques Bidaut (50 K€) et la rénovation de l’école Beauregard (1,2 M€). Dans le 3ème sont proposés le numérique pour tous sous l’égide d’une association (60 K€), l’insonorisation et l’embellissement des réfectoires des écoles (500K€), des fresques murales à l’angle des rues de Bretagne et Charlot (40 K€), la rénovation énergétique de la mairie (150 K€), le rafraîchissement de l’atmosphère étouffant en été du Carreau du Temple (400 K€) et la piétonisation de la rue Vaucansson avec création d’une piste de skate le long du musée des Arts et Métiers (200K€). Le 3ème et le 4ème ont aussi un dossier de rénovation énergétique d’une école. Le 4ème propose l’aménagement de l’accès au cellier de la Maison d’Ourscamp siège de Paris Historique (120 K€), la végétalisation de la rue d l’Arsenal (120 K€), le balisage du passage du chemin de Saint-Jacques de Compostelle (30 K€), une salle d’Arts plastiques au sein de l’école Saint-Merri (300K€) et un mur végétalisé au croisement des rues des Archives et des Blancs Manteaux (30 K€).

Plusieurs projets génériques soumis au vote couvrent l’ensemble de la capitale, chacun pour des montants élevés, allant de la modernisation des bibliothèques et conservatoires (3,5 M€) au rafraîchissement de la ville lors des canicules (8,0 M€), la rénovation d’équipements sportifs de proximité (8,5 M€) ou la lutte contre toutes les pollutions (3,0 M€). Faut-il soumettre de tels investissements au vote des Parisiens alors qu’ils sont indispensables et entrent dans « la gestion en bon père de famille » à laquelle sont tenues les édiles… ? Les Parisiens en revanche n’ont pas été interrogés sur tous ces travaux qui paralysent la ville depuis des mois et  semblent interminables !

Nous ne donnons donc aucune consigne de vote, excepté néanmoins pour le projet d’accès au cellier de la maison d’Ourscamp de l’‘association Paris Historique dont nous encourageons l’action. Toutefois les élections approchant, est-on certain que les dossiers choisis seront vraiment mis en œuvre  ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *