Le calme de la place Dauphine

Place royale pour les uns, non royale pour les autres car elle n’a jamais reçu de statue de roi, construite néanmoins à la demande d’Henri IV, la place Dauphine, de forme triangulaire caractéristique, est située à l’Ouest de l’Île de la Cité. Elle mesure 102 m de long sur 67 de large et débouche sur le Pont Neuf, une rue la sépare du palais de Justice, la rue Halay (Achille Harlay Premier président du Parlement de Paris, propriétaire des terrains reçus du roi, entreprit la construction de la place). Elle tire son nom du dauphin, futur Louis XIII mais s’appela un temps (pendant la Révolution et l’Empire) place de Thionville.

Rappelons ici que l’Île de la Cité est la réunion de plusieurs îlots (à la Gourdaine, Passeur aux Vaches, au Bureau et aux Juifs). Les règles imposées pour l’aménagement de la place qui débuta en 1607 sont strictes « un promenoir entouré de maisons d’un même ordre, comprenant deux étages, dont les trumeaux seraient décorés de tables de pierre se détachant sur la brique, et dont les arcades du rez-de-chaussée abriteraient les boutiques. »  36 maisons semblables furent ainsi édifiées.

La place regroupa rapidement les métiers du change, de la bourse et les orfèvres. D’autres bâtiments sont alors construits et donnent l’aspect que l’on découvre aujourd’hui, au fil du temps en effet les propriétaires se sont affranchis des contraintes d’édification initiales et seules les 2 pavillons à l’entrée en arrivant du Pont Neuf ont conservé leur aspect d’origine. A la demande de Viollet-le-Duc, le côté qui fermai la place devant le Palais de Justice fut démoli en 1874 et avec lui la Fontaine Desaix de Charles Percier installée en 1803 à la suite de la bataille de Marengo.

L’événement le plus important qui se déroula sur la place fut l’arrivée en 1660 de Louis XIV et de Marie-Thérèse. Les décors installés à l’occasion de l’entrée dans Paris de retour du pays basque du couple royal étaient somptueux, une pyramide figurait à la sortie de la place.

Le calme de cette place est ce qui frappe le plus, un havre de paix dans le bruit de la ville. Il est dû aux murs épais inclinés des immeubles sortes de remparts très efficaces contre les nuisances sonores.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *