Le cloaque de la rue Mondétour!

Quelle saleté ! La vermine doit se régaler ! Les entrées /sorties des tunnels des Halles débouchant sur la rue Mondétour sont écœurants, une rue qui porte bien mal son nom… Quel gâchis! Détritus, restes de nourriture, canettes, verre cassé, papiers gras, vieux vêtements jonchent le sol. Les murs sont couverts de tags de bas en haut. Cet endroit n’a jamais été vraiment soigné mais alors, à quoi bon avoir dépensé des centaines de millions d’euros pour rénover Les Halles si les accès qui en font partie sont si délaissés. Quelle honte! Nous sommes loin du Paris romantique tant vanté aux touristes…!

Les pauvres commerçants qui se trouvent aux alentours sont des laissés-pour-compte de même que les habitants qui ont ainsi une vue imprenable et on ose leur faire payer les impôts locaux sensés comprendre le coût de la propreté !

Une telle négligence provoque l’incompréhension des Parisiens, comment a t’on pu en arriver là et cet exemple n’est pas un cas isolé ?

Au fil de ces dernières années, de plans en plans lancés avec force publicité, l’équipe municipale a montré son incapacité à juguler le problème la malpropreté. Vu du simple Parisien, cet échec cuisant est incompréhensible car l’argument tendant à démontrer que les comportements individuels ont changé, ne tient pas. Tout changement en effet nécessite anticipations et adaptations. Comme dit l’adage si « celui qui porte un problème ne trouve pas la solution pour le résoudre alors il devient lui-même le problème! »

La prochaine équipe municipale devra se focaliser en matière de  propreté sur ces endroits sinistres et délaissés.

1 commentaire

  1. Merci pour cet article.
    Et que dire de la place délimitée par les rues de la petite et de la grande truanderie (à 20 m de l’endroit où a été prise cette photo) qui est recouverte de toiles de tentes hideuses, chaque bar ou restaurant autour de cette place s’en attribuant une part (en toute légalité?). Certains bars voient ainsi leur surface de vente multipliée par 3, 4 ou 5.
    Et que dire du bruit généré par ces terrasses chaque soir et chaque nuit. Qui se souvient qu’il y avait un échiquier géant sur cette place paisible, que des enfants y jouaient au ballon ou y faisaient de la trottinette (pas électrique celle-là)?
    En laissant faire, la mairie de Paris porte une lourde responsabilité dans cette dégradation du paysage urbain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *