Le port du masque à Paris ou comment souffler le chaud et le froid

La mairie de Paris par la voix d’Anne Souyris, adjointe de la Maire en charge de la Santé, a émis devant des journalistes la crainte qu’un nouveau cluster apparaisse car des milliers de fans se sont rassemblés pour célébrer la victoire du club parisien en Ligue des champions.

« Il ne faut pas que ce soit la fête du covid. » a t’elle ajouté en s’inquiétant du risque de voir émerger un nouveau cluster enjoignant la préfecture à faire preuve d’anticipation et à interdire les rassemblements sur les lieux publics et en lui conseillant de mettre en place un dispositif de sanctions

Il est grand temps de pousser des cris d’orfraies alors qu’une seconde vague de l’épidémie de Covid est annoncée, c’est même un peu trop facile alors que la Maire de Paris a autorisé l’extension des terrasses pour les bars et restaurants et que la plupart du temps les gestes barrière n’y sont pas respectés. L’adjoint vert de la Maire en charge des transports, David Belliard, n’a t-il pas déclaré le 20 août sur BFM TV que le préfet de police était un problème à ce sujet ? Osons croire que la mairie et la préfecture se parlent ?

Souffler le chaud pour les grands rassemblements et le froid pour les terrasses ou les consommateurs sont agglutinés ne manque pas de sel voire même d’audace mais cela ne trompe personne ! Ces comportements purement politiques pour surprenants qu’ils puissent paraître sont fort déplaisants et semblent considérer les Parisiens comme des ânes. Mais heureusement il n’en est rien et ils comprennent ces manœuvres et effets de manche, en l’occurrence ici pour cacher la mauvaise décision qu’a été l’extension inconsidérée et gratuite des terrasses dont on mesure les effets aujourd’hui avec la montée des cas de personnes infectées par le virus, notamment à Paris.

La concertation avec les habitants balayée d’un revers de main aurait peut-être permis de limiter « la casse » mais nous étions en période électorale ne l’oublions pas.

Cette décision et ses conséquences devront servir d’exemple à l’avenir. Les diktats et autres mesures unilatérales pris sans préparation et échanges préalables avec les Parisiens concernés ne sont vraiment plus de mise. A l’aune de ce nouvel et malheureux exemple, puissions-nous être enfin entendus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *