Le théâtre du Châtelet rouvre ses portes

Après plus de 2 ans et demi de travaux le Théâtre du Châtelet rouvre ses portes cette semaine.  Financé par la Ville de Paris et des mécènes (Fondation Total…) sous l’égide de la Fondation du Patrimoine qui a lancé une souscription publique, le coût de cette rénovation atteindra la bagatelle de 32,3 M €, mais l’édifice en vaut la peine .

Classé monument historique en 1979, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, il a été érigé durant le Second empire sous la direction de l’architecte Gabriel Davioud et inauguré par l’Impératrice Eugénie en 1862. Malgré 5 rénovations dont la plus récentes datait de 1980, le bâtiment avait vieilli, les peintures étaient défraichies et il ne répondait plus à la plupart des normes en vigueur dans les salles de spectacles (électricité, chauffage, ventilation, amiante, plomb sur la façade…).

Sous le houlette de 2 architectes (Philippe Pumain et Christian Laporte), le célèbre théâtre a repris peu à peu des couleurs d’origine. C’est ainsi que des peintures faux marbre magnifiquement réalisées ont été redécouvertes, la peinture noire de la verrière du plafond de la grande salle a été enlevée redonnant de la lumière, le foyer encrassé a été retapissé d’un papier peint similaire à l’orignal. Quant à la galerie adjacente, ses enduits beiges sont remplacés et la fresque de l’artiste Valerio Adami, réalisée en 1989 à la demande de Jacques Chirac a été conservée.Les 2 escaliers métalliques du XIXe dits « chalet » ont été démontés, l’un d’eux a été réinstallé ailleurs.

Des emplacements dédiés aux personnes à mobilité réduite ont été aménagés avec adjonction de sièges qui leur sont dédiés parmi les sièges ajoutés dans la grande salle qui retrouve son lustre d’autrefois rendant plus visible le rideau de scène réalisé par Gérard Garouste en 1989. De nouvelles chaises ont été disposés dans l’amphithéâtre. Parmi les nouveautés de la restauration il a été décidé de reproduire au plus proche de l’identique en pierre de Saint-Leu sous le ciseau du sculpteur d’origine roumaine Viorel Enache, les 4 statues allégoriques (musique, danse, drame et comédie) disparues depuis 1900. Elles ont été réinstallées le 9 septembre sur la terrasse à l’emplacement initial qui avait été réservé à leurs aînées. Elles  chapeautent l’ensemble dont la façade sera davantage et mieux éclairée au moyen de leds.

Pour le renouveau du Châtelet qui a vu se produire sur sa scène de grandes œuvres  et de grands artistes (Mahler, Diaghilev, Nijinski…), les productions à succès de Francis Lopez avec en vedette Luis Mariano par exemple … , un spectacle inspiré de « Parade » de Jean Cocteau et Eric Satie réunira des marionnettes géantes, des jongleurs et des acrobates. La programmation de la saison 2019-2020 est très variée. Nous avons noté un Américain à Paris, Gisèle, Cendrillon et les compositeurs Beethoven, Debussy et Malher seront mis à l’honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *