Les maires d’arrondissement doivent-ils encore disposer de véhicules de service ?

On ne compte plus le nombre de rues qui chaque jour deviennent piétonnes avec tous les inconvénients que cela crée en matière de circulation. La Maire veut ainsi tuer les voitures automobiles dans Paris et rendre la vie des automobilistes impossible, va t’elle aller jusqu’au bout en tuant aussi les voitures de service dont bénéficient les maires d’arrondissement et les adjoints de la mairie centrale?

Rappelons que la ville gère 2 500 véhicules allant du deux roues au véhicule utilitaire et parmi ceux-ci, met à la disposition de ces élus, 50 voitures (hybrides et électriques tout de même) avec chauffeurs. La question soulevée lors de la campagne des municipales était de savoir s’il fallait maintenir cet avantage qui a été modifié en 2010 (sous la pression de l’opinion publique) par la transformation des voitures de fonction en voitures de service. La différence est de taille car la voiture de fonction permet aussi au bénéficiaire  l’usage pour des déplacements privés et pas seulement nécessités par le travail.

Ces 50 voitures sont-elles bien utiles pour se déplacer dans une ville où les embouteillages abondent, où est prônée depuis des années une volonté de changer la qualité de l’air et où les déplacements sont courts et peuvent être assurés à pied, par les transports en commun, les taxis ou les vélos? Que va décider David Belliard, le nouvel adjoint aux transports?  Le fait d’avoir étoffé le nombre d’adjoints (37 contre 21, soit plus que le nombre de ministres du gouvernement) ne va t’il pas nécessiter d’augmenter la flotte ?

Des questions auxquelles il va bien falloir répondre et justifier auprès de Parisiens qui pensent que de tels avantages sont devenus incongrus et dépassés dans le contexte économique actuel.

En ce qui concerne l’arrondissement du centre, le nouveau maire Ariel Weil a précisé qu’il se déplaçait essentiellement en bicyclette. Un des arguments du regroupement des 4 premiers arrondissements était de réaliser des économies d’échelle. Comme seuls les maires des 1er et 3ème arrondissements utilisaient des voitures avec chauffeurs, les maires des 2ème et 4ème y ayant renoncé, l’économie devrait porter de ce côté sur 2 véhicules seuilement. Mais est-ce que cet exemple d’arrondissement sans voiture de service et chauffeur sera suivi (y compris par les 37 adjoints et là Maire de Paris) s’il n’est pas décidé de nouvelles règles visant à supprimer purement et simplement ces voitures inutiles et coûteuses ?

Il sera intéressant de suivre ce dossier et d’observer comment va le traiter la lourde administration municipale, là où les entreprises l’ont réglé depuis bien des années !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *