Les ondes électromagnétiques font partie de notre quotidien et pourtant…

Si des clients électro hypersensibles d’Enedis ont réussi à faire poser des filtres aux nouveaux compteurs intelligents, à la suite de leur action auprès du tribunal de grande instance de Bordeaux, c’est en raison de l’émission d’ondes électromagnétiques générées par ces appareils. Le problème est que l’impact sur la santé des ondes émises par tous les objets connectés, à commencer par les téléphones portables, restent un grand mystère.

Comme le corps humain absorbe une part de l’énergie émise par les radiofréquences, la réglementation en vigueur est très stricte. Des valeurs limites ont été définies pour les antennes relais de téléphonie mobile, TV, radio FM…et ce sont les exploitants qui sont tenus à ne pas nous exposer au-delà des seuils définis. Il leur appartient d’assurer l’exposition la plus faible possible dans un rayon de 100 m autour des crèches, écoles et hôpitaux. Les téléphones portables, les tablettes, les objets connectés sont tenus d’absorber un débit spécifique appelé DAS, de manière à ce qu’il n’y ait pas d’effet thermique sur le corps.

Mais ceci étant, que nous apportent les études scientifiques (3 000 recensées) sur les ondes en question ?  L’OMS les a classées comme potentiellement cancérigènes pour l’homme. L’Agence Nationale de Sécurité le confirme et a émis des recommandations de bon usage du mobile (utilisation modérée pour les jeunes, utilisation du kit mains libres et choix des téléphones dont le DAS est le plus faible). Il est aussi conseillé de ne pas poser de téléphone mobile près d’un lit, d’installer la borne Wi-Fi ou le téléphone sans-fil dans un endroit le moins fréquenté de votre habitation et d’éviter de se déplacer en téléphonant car les émissions sont alors plus fortes.

Le cas des personnes atteintes d’hypersensibilité électromagnétique et souffrant de maux de tête, de troubles du sommeil de l’attention et de la mémoire est une réalité, mais malheureusement le lien avec les ondes des champs magnétiques n’est pas établi !

Or à Paris les antennes fleurissent dans tous les quartiers et la densité des habitations est telle, en particulier dans les quartiers du centre, que les distances sont rapprochées. Est-on alors bien sûr que les antennes sur les toits, les cheminées et autres supports sont vraiment toutes dans la limite du rayon imposé par la réglementation … ? N’oublions pas qu’à cela s’ajoutent tous les appareils connectés qui investissent progressivement nos habitations pour une vie quotidienne améliorée? 

Il serait intéressant de connaitre l’avis de nos lecteurs à ce sujet ?

Un formulaire est disponible sur service-public.fr pour obtenir de l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences) la mesure des ondes qui vous entourent (domicile mais aussi lieux publics). L’ANFR, grâce au site cartoradio.fr qui répertorie 125 000 sites d’émissions, donne aussi l’emplacement des stations radioélectriques.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *