Les riverains du Quartier de l’Horloge sont médusés

L’ école maternelle Brantome au 5 de la rue éponyme dans le quartier de l’Horloge  a été fermée il y a plusieurs années faute d’un nombre d’élèves suffisant. Il est vrai que la natalité est en baisse, les décisions de limitation des allocations sous les précédents gouvernements ont de leur côté contribué à amplifier cette tendance.

Ces locaux laissés vacants ne devraient plus bien longtemps le rester à la suite d’un projet absolument non concerté élaboré par la mairie de Paris. Comme souvent la mairie, en l’occurrence ici celle du 3ème qui est à l’origine du projet, a concocté en chambre la reconversion de l’école en centre d’hébergement d’urgence pour femmes enceintes et enfants en état de vulnérabilité. Il pourrait s’agir, selon les riverains qui ont essayé d’obtenir des informations, de mères et d’enfants pouvant présenter des troubles du comportement. Les occupants des immeubles donnant sur la cour de l’ancienne école sont donc soucieux pour la tranquillité des lieux. Ils auraient aimé pouvoir donner leur avis directement ou au travers de l’Assactive, l’association de défense du Quartiers de l’Horloge qui fait partie, comme Marais-Louvre, de l’association Réseau Vivre Paris. Cela d’autant que certains appartements des riverains sont accessibles de la cour et que nombre d’occupants  subissent déjà les nuisances sonores de la rue Saint Martin où les établissements de nuit se succèdent de façon continue.

Précisons que l’opération est faite sous l’égide de l’association Coallia pour une durée de 2 ans maximum. Le loyer, selon la décision de la mairie étant fixé symboliquement à 100€ l’an. Le nombre de places est limité à 65 et les aides accordées pas la ville totalisent 122 000€  (subvention et aide à la pierre).

Les temps ont changé, le mouvement des gilets jaunes en est la preuve évidente, les élus, nonobstant l’ancienneté de leur mandat, ne peuvent plus « décider » en solitaire sous les dorures de leur bureau en faisant abstraction de tout avis. A l’époque où la communication, avec tous les moyens techniques mis à la disposition de chacun, est devenue une forme de pouvoir, et plus personne, quel que soit son statut, ne peut l’ignorer. Procéder ainsi expose donc l’impétrant ou les impétrants concernés à des réactions justifiées de la part des adminsitrés, et il devient alors bien difficile de les convaincre de l’intérêt de la décision retenue !

Alors que le quartier de l’Horloge abrite déjà des HLM, une crèche et un centre médico-psychologique de la petite enfance, la question est posée de savoir si la récente décision prise par les autorités à propos de l’ancienne école a bien été réfléchie et si finalement elle ne va pas  nuire à l’harmonie qui régnait dans cet espace si particulier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *