Les travaux sans fin, la galère

De plus en plus de pistes cyclables, plus de place pour les piétons et un peu moins pour les voitures : le visage de Paris est en train de changer, la ville devient plus accueillante, respirable, moins bruyante et apaisée.

Par cette affirmation sur le site Paris.fr l’équipe municipale montre combien elle s’active en matière de travaux. Mais depuis des mois le quotidien n’est pas rose pour les Parisiens piétons qui empruntent les bus et tous les artisans, les livreurs, les pompiers, les urgentistes, les médecins ou autres utilisateurs de véhicules prioritaires qui sont détournés de leur itinéraire habituel et sont retardés et confinés dans les embouteillages ! Est-ce la proximité des élections municipales qui induirait une telle concentration de travaux aussi inhabituelle qu’intolérable ? Une sorte de réplique toute relative néanmoins des gigantesques travaux entrepris par le baron Haussmann. Ces travaux ne sont pas ceux d’un Paris apaisé. Pourquoi bon sang ne pas les avoir programmés plus tôt afin qu’ils soient mieux étalés et mieux répartis.

Un exemple dans nos quartiers, la place de la Bastille, la traverser en ce moment une véritable gageure… Nous avons tous hâte de découvrir le résultat de l’aménagement qui,  si l’on en croit le descriptif de la mairie, fera du lieu « …un vaste espace piétonnier confortable, « la Presqu’île », s’étendant du canal à la Colonne de Juillet. Cette nouvelle place permettra de nouveaux usages avec des zones d’importances ludiques, historiques et végétales. Les travaux réalisés permettront une meilleure accessibilité aux personnes en situation de handicap ». Mais il va falloir attendre encore un an de travaux! Notre souhait est surtout celui de ne pas être aussi déçu que lors de la découverte du réaménagement de la place de la République devenue lisse, sans caractère, banale et de surcroît vieillit mal.

Ces travaux sont aussi ceux d’aménagements de voies pour les bicyclettes et il faut le mentionner qu’ils nous laissent sur notre faim. En effet mises en fonctions ces « autoroutes pour cycles » sont le plus souvent désertes, on y cherche les cyclistes. Il y en a presque davantage qui se mêlent aux trottinettes sur les trottoirs. Espérons, au-delà de l’effet d’annonce et si elle est vraiment mise en oeuvre, que la verbalisation enfin décidée par le dernier Conseil de Paris se traduise par une baisse des incivilités.

Réaliser tous ces aménagements coûteux restreint d’autres dépenses pourtant urgentes … Les trottoirs du centre de Paris, les chaussées et autres passages sont pour beaucoup dans un état assez pitoyable et depuis longtemps, ornières, dalles descellées, trous, pavés manquants émaillent certains parcours sur lesquels il est préférable de se déplacer en fixant ses pieds plutôt que le paysage. Point sur lequel nous nous sommes déjà exprimé comme nous l’avons fait à propos de l’état désastreux de la Fontaine des Innocents qui meurt à petit feu et dont nous avons oublié depuis qu’elle s’est tue le bruit de l’eau qu’elle crachait. Le Parisien consacre dans son édition du 05 avril un long article sur cet abandon incompréhensible que des habitants ne se résignent pas à vous disparaître…

« Les plans ne valent rien, mais planifier vaut tout.” (Dwight David Eisenhower)

1 commentaire

  1. Depuis que la mairie a entrepris de ‘rendre l’espace public aux piétons » en faisant la chasse aux voitures, nous qui sommes de vrais piétons (sans recours aux taxis ou aux véhicules de fonction) nous risquons chaque jour de nous faire renverser par les motos, les vélos et les trottinettes qui circulent sans vergogne sur les trottoirs, encombrés déjà multiples façons à des fins commerciales et/ou festives. Aura-t-on enfin le courage de verbaliser pour mettre un terme à ces pratiques ?

    Depuis que la Mairie de Paris a entrepris de « rendre l’espace public » aux piétons, en faisant la chasse aux voitures, nous qui sommes de vrais piétons, sans recours aux taxis trop onéreux pour nos modestes revenus, sans voiture de fonction non plus, nous risquons chaque jour de nous faire renverser par des motos, des vélos, des trottinettes et autres bolides en tous genres qui circulent sur les trottoirs déjà largement encombrés trop souvent à des fins commerciales et/ou festives.
    Quand mettra-t-on un terme à ces pratiques en verbalisant ?
    Et quand repeindra-t-on de véritables passages protégés dans les rues de notre quartier ; rue Vielle du Temple, rue Sainte Croix de la Bretonnerie, rue du Bourg-Tibourg etc. ..pour nous permettre enfin de traverser comme autrefois en toute sérénité ?

    Et quand repeindra-t-on de véritables passages protégés dans notre quartier (celui des Blancs-Manteaux) pour que nous puissions traverser les rues en toute sérénité : rue vieille du Temple, rue Sainte Croix de la Bretonnerie, rue du Bourg -Tibourg etc..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *