L’état désastreux de la propreté

Sur le site de la mairie Paris.fr, dans la rubrique « les services » sont détaillés chapitre après chapitre « les moyens mis en place pour la propreté de l’espace public » par la municipalité. Au fil de la lecture sont décrites les opérations de « nettoiement de la voie publique à haute fréquence, saisonnières exceptionnelles ou récurrentes, de prospectus et flyers ». Est ensuite abordé le sujet des « poubelles de rue » qui souvent débordent avec un zoom sur les « corbeilles dites « bagatelle » que l’on côtoie sur les trottoirs et dont il est dit qu’elles ont été imaginées par le cabinet d’architecte Wilmotte. 3 000 « poubelles inaccessibles aux rats » ont été installées, mais les rats sont toujours là. Il est question ensuite des 250 poubelles compactantes, des mégots, des « services dédiés aux encombrants » où est rappelée l’existence de l’application « DansMaRue » qui a constitué un net progrès,  mais quelle galère actuellement pour faire enlever une affiche sauvage ou des tags. Les derniers sujets abordés sont ceux relatifs à « l’entretien du boulevard périphérique » et au « nettoiement des souterrains et des voies sur berges » dont il faut enlever les monceaux d’immondices chaque matin après le passage des fêtards.

Les adresses des services d la propreté s et coordonnés des services d’accueil sont ensuite communiquées. Pour notre arrondissement Paris Centre, les équipes de la Propreté sont installées 2 rue des Quatre Fils Paris 3 (à l’angle de la rue Vieille du Temple) tél 01 55 34 77 17.

 

Toutes ces explications sont intéressantes mais force est de constater lorsque l’on rentre de vacances combien Paris Centre est sale, crasseux avec de nombreuses taches sur les trottoirs dues aux déjections diverses, aux incivilités (notamment aux abords de certains débits de boissons et autres échoppes de vente de nourriture à emporter ainsi que certains angles en retrait d’immeubles ), à une fréquence trop faible des passages des services de la propreté et à un laisser aller des responsables dont l’origine est le manque d’objectifs et d’un plan clairs pour venir à bout de ce qui semble être considéré comme une fatalité par les élus. Tout le contraire d’un mode opératoire volontaire et responsable.

Rappelons que des étrangers viennent chaque année pour réaliser une opération ponctuelle de nettoiement (qu’elle honte pour les Parisiens !), qu’année après année une journée nettoyage de rue est proposée aux habitants volontaires (à vos balais!) qui paient déjà des taxes pour la balayage des rues et le ramassage des ordures (si leur immeuble a le malheur d’être à un angle de rues, le montant est doublé). La Covid a limité le nombre de touristes dans la capital qu’en serait-il si ils avaient investis en masse les quartiers  centre ?

Est-il finalement sérieux de donner des leçons d’écologie et de vouloir montrer l’exemple quand on n’est pas capable de résoudre la question de la propreté des rues de Paris ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *