Petite histoire du Luminor

Créé en 1911, le cinéma Luminor-Hôtel de Ville situé 20 rue du Temple, à quelques encablures du Centre Pompidou, est un lieu « historique ». Il fut en effet parmi les premières salles de la capitale ayant programmé du cinéma muet. Mais la programmation de films d’auteur fut rapidement sa vocation, vocation qu’il poursuit encore aujourd’hui.

Ce lieu a porté différents noms au fil de ses 108 ans, Cinéma de l’Hôtel de Ville puis Le Marais, le Latina et le Nouveau Latina pour retrouver en 2014 son nom d’origine Luminor, au moment où il est acquis justement pas la société Luminor qui l’a racheté à l’éditeur et distributeur Carlotta Films. A l’époque et depuis les années 1980, le Nouveau Latina s’était orienté dans une programmation de films « latins » (Espagne, Italie, Amérique du Sud, etc…). Il continue toujours à se consacrer aux films d’expression latine, en version originale sous-titrée en français. Souvent, à l’issue des projections, sont organisées des rencontres avec les réalisateurs et les acteurs.

Il offre aujourd’hui 2 salles, Luis Bunuel et Roberto Rossellini, respectivement de 180 et 60 fauteuils. Parmi ces activités, des cours de tango furent même dispensés à un moment et le Luminor propose aussi de temps à autre des expositions temporaires. Il dispose à l’étage d’une librairie (CinéDoc) et d‘un bar. Outre l’organisation régulière de cycles de films, le cinéma accueille l’atelier ciné-club d’étudiants de l’association  « Permanence Cinéma » qui périodiquement élabore un dossier critique sur un des films projetés.

Une vingtaine de films sont à l’affiche. Il convient de consulter le site internet du cinéma pour les horaires.

A ceux qui n’y sont jamais allés, nous conseillons de se rendre au Luminor afin d’y retrouver une ambiance qui a disparu et que savait si bien rendre Eddy Mitchell dans l’émission de télévision « La dernière séance ».

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *