L’église et le cloître de Billettes en pleine restauration

La façade de l’église des Billettes et celle du cloître éponyme qui la jouxte 22 au 26 rue des Archives sont en pleine restauration, des échafaudages les recouvrent depuis quelque temps. Il y a plusieurs années que la façade de l’église se délitait, des chutes de pierre  menaçaient les passants qui avaient nécessité l’installation d’un filet de sécurité. Les habitants et les Parisiens soucieux de l’entretien des monuments et en particulier des édifices religieux avaient attiré l’attention de la mairie qui annonçait enfin en 2019  le lancement d’un appel d’offre pour la restauration de l’église et le cloître. Les travaux portent sur les façades et les toitures mais aussi sur les charpentes, l’isolation de combles, la remise en état et la protection de plusieurs vitraux. La fin des travaux programmée en 2022 risque d’être retardée en raison de la Covid 19.  Le coût de l’opération a été estimé à 3 millions d’€.
Ainsi qu’il est d’usage en cas de découverte, lors de travaux, le pôle archéologie de la Ville de Paris procède à des fouilles préventives. En l’occurrence, il est intervenu à la suite de la découverte, dans le cadre de la remise en état du sol devenu instable, d’une crypte inconnue qui semble avoir été comblée au XIXe siècle (l’existence de caves sous la nef étaient seulement mentionnée dans les archives). L’information a été rendue publique en juin dernier.
Il est réconfortant de voir progressivement restaurées et entretenues les églises de nos quartiers du centre, citons Saint Gervais Saint-Protais, Saint-Merri, Saint-Paul Saint-Louis, Saint-Denys du Saint-Sacrement, Saint-Louis en l’Ile, la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens,  Saint-Eustache et depuis peu Saint-Nicolas des Champs et les Billettes. Elles en avaient toutes bien besoin et ces réfections ont souvent beaucoup tardé.  La synagogue de la rue Pavé, œuvre d’Hector Guimard, mériterait elle aussi une sérieuse remise en ordre mais dans ce cas il s’agit d’une propriété privée et non d’un bien communal.

L’histoire de l’église des Billettes est ancienne et récente à la fois. En effet au XIIIe siècle une petite chapelle fut édifiée sur un lieu de pèlerinage important à la suite d’un miracle, « une hostie aurait été profanée par le Juif Jonathas, qui l’aurait entaillée au couteau. Elle aurait alors saigné. Puis, jetée dans l’eau bouillante, elle se serait mise à voler. »  Une église et le cloître actuel (le seul datant du Moyen Age à Paris bien que remanié) furent construits au XVe siècle.   Au XVIIIe siècle  et après des années de querelles quant à sa reconstruction,  la  communauté des Carmes-Billettes lance les travaux sur les plans de Jacques Hardouin-Mansart le petit fils de Jules. À la Révolution, l’église et le couvent sont désaffectés et vendus à des particuliers.

Sur autorisation de Napoléon en 1808, la Ville de Paris acquiert ces bâtiments qui sont affectés au Consistoire de l’église luthérienne. La plupart des aménagements intérieurs sont de cette époque.  Quant au cloître il sert de lieu d’expositions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *