Paris Centre abrite sans doute le dernier formier au monde

Non loin de la place des Victoires, au n°15 rue Paul Lelong (ex 2e), dans un trés joli bâtiment en pierres de taille avec double porche,  entre la rue de la Banque et la rue de Montmartre, se trouve l’atelier de Lorenzo Ré, l’un des derniers formiers au monde. Son métier consiste à sculpter dans le bois les formes de chapeaux sur lesquelles chapeliers, modistes ou créateurs vont fabriquer leurs modèles. Depuis 1962, date de création de l’entreprise, les clients sont de grandes maisons de couture et souvent aussi de jeunes créateurs.

Deux fois par an, Lucie Ré réalise une nouvelle collection de sparteries, c’est-à-dire  des prototypes de chapeaux fabriqués « à la main dans une matière à base de feuille de riz tressée, mouillée puis modelée à l’aide d’un fer très chaud » C’est à partir de ces modèles que Lorenzo Ré sculpte ses formes en bois à l’aide de scie à ruban, gouges, râpes, ciseaux et rabots, dans du liège, du tilleul ou du samba dont le nom scientifique est le Triplochiton Scleroxylon, un bois blanc (50 m de haut et jusqu’à 2 m de diamètre) de l’ouest et du centre de l’Afrique qui sert pour le modélisme. Les modèles sont réalisés à partir de dessins précisant les cotes et le tour de tête, ou de simples croquis. L’artiste s’est installé à cet endroit en 1962.  

video
play-sharp-fill

Une visite s’impose, tant l’activité est unique et rare et le savoir-faire de Lorenzo Ré étonnant. Sa dextérité fait merveille et impressionne. C’est une partie de notre patrimoine qui ne laisse pas indifférent qui, espérons le, sera préservé à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.