Un plan de circulation ubuesque concocté par la mairie pour le Marais

Encore une grave atteinte à la sécurité et à la circulation dans le Marais. Et cette fois l’argument du Maire de Paris Centre, Ariel Weil, qui prétend s’en prendre au transit, ne tient pas du tout la route.
Déjà la Maire de Paris avait déclaré dans une interview au Parisien en octobre 2020 avoir décidé que « la traversée de Paris d’est en ouest en voiture ne peut plus se faire comme avant, c’est quelque chose qu’il faut oublier ». Cette fois, c’est la traversée du centre de Paris du sud au nord qui est supprimée. Comme le disait Anne Hidalgo à ce propos dans l’interview citée : « Tout le monde évolue ».
La question est : dans quel sens ?
Ainsi il ne sera ainsi plus possible d’entrer dans le Marais par l’angle Archives/Rivoli, concentrant toute la circulation soit par Arts et Métiers, soit par la République, qui n’est déjà accessible par l’Ouest que par les grands boulevards (une file, déjà saturée).
Les problèmes seront principalement pour les habitants et les riverains, que la mairie de Paris-Centre semble ainsi traiter en intrus, voire en adversaires dont il faudrait se débarasser. Et les dangers sont énormes pour la sécurité : pompiers et ambulances vont devoir faire des détours considérables, mettant en péril la vie humaine et les immeubles.
Les habitants du Marais, des Îles Saint-Louis et de la Cité sont inquiets du nouveau plan de circulation développé lors d »une réunion publique à la mairie de Paris Centre le 12 juillet dernier. Il serait mis en oeuvre progressivement dès le 1er semestre 2023, c’est-à-dire demain, avant de passer à la « zone à trafic limité » ou »zone apaisée » en termes de la  novlangue faussement écologique.
Quant aux arguments employés pour justifier ce choix des élus, comme à chaque fois en pareilles circonstances, il nous est affirmé haut et fort que des réunions de concertation et des ateliers servant d’habillage ont eu lieu, que les itinéraires « malins » suggérés par certains sites internet tel Waze provoqueraient l’engorgement de trop de petites rues et pour boucler le raisonnement que 70% des ménages habitant les quartiers concernés ne possèdent pas de véhicule automobile.
Or nombre d’entre eux en louent régulièrement sans passer forcément par Autolib, et pour les embouteillages des petites artères pourquoi ne pas changer intelligemment pour certains cas le sens de circulation comme cela a pu se faire dans certaines circonstances par le passé ( rue de Montmorency par exemple).
La grande nouveauté serait dorénavant le »plan en marguerite » ? « On rentre d’un côté et on sort du même » a expliqué Florent Giry, adjoint au Maire de Paris Centre. Ainsi, la circulation n’existe plus, puisqu’il s’agit de se limiter à tourner en rond. Ce plan prône le choix de fermer l’entrée de certaines rues « moins il y a d’entrées dans le quartier, moins il y a de trafic » a t-il affirmé, convaincu.
D’autres quartiers vont entrer dans ce nouveau carcan circulatoire, Sentier et Opéra-Vendôme devraient être les prochains.
Contrairement à ce qui est affirmé, nombreux sont ceux qui s’insurgent et ne sont pas d’accord avec ces décisions qui vont rendre leur vie plus difficile, mettre en péril leur sécurité (un service d’urgence comme le SAMU sera empêché en pratique de pouvoir intervenir). Tout laisse penser que la mairie veut faire fuir davantage d’habitants, ruiner encore plus les commerces et décourager les artisans d’intervenir.
Paris n’est pourtant pas uniquement la ville des musées et de la fête. Jusqu’à récemment, c’était encore une capitale vivante, dont a mairie s’obstine à réduire le rayonnement.
Avec la  multiplication des trottinettes et des bicyclettes, les bus de plus en plus lents n’iront pas plus vite.
Est-il tolérable qu’une minorité de promeneurs soit favorisée au détriment de la population ? Les équipes municipales doivent rapidement se ressaisir et redescendre sur terre, sinon ces choix dangereux risquent de rendre le déclin de Paris irréversible.

1 commentaire

  1. Ce que je voudrai surtout ce sont des vraies voies piétonnes sans 2 roues ni 4 roues motorisées ou pas.
    Vélos et trotinettes autorisées là où les voitures circulent.
    Dans d’autres endroits, cette législation simple est appliquée sans que nul n’est à redire.
    Passez un jour sur l’esplanade des Halles et vous comprendrez aisément l’insécurité latente du piéton !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.