Chagall, Modigliani, Soutine… Paris pour école, 1905-1940

Le musée  d’art et d’histoire du judaïsme propose une très belle exposition au titre évocateur  » Chagall, Modigliani, Soutine… Paris pour école, 1905-1940 « . comme l’explique la note de présentation du musée   » l‘École de Paris désigne la scène artistique constituée par des artistes étrangers provenant de toute l’Europe, mais aussi d’Amérique, d’Asie et d’Afrique. Ce cosmopolitisme est sans précédent dans l’histoire de l’art. Parmi ces hommes et femmes, nombreux sont les artistes juifs venus des grandes métropoles européennes, mais aussi de l’Empire russe, qui cherchent une émancipation artistique, sociale et religieuse. Ils ne sont d’aucune « École » au sens traditionnel : ils ne partagent pas un style, mais une histoire commune, un idéal et, pour certains, un destin. Fuyant un contexte peu favorable au développement de leurs activités artistiques ou cherchant un contexte libre, moderne, de jeunes artistes convergent vers Paris, parmi eux Marc Chagall, Chaïm Soutine, Amedeo Modigliani, Jules Pascin, Jacques Lipchitz,  Chana Orloff, Otto Freundlich, Moïse Kisling, Louis Marcoussis, Michel Kikoïne et Ossip Zadkine, mais également des artistes moins connus comme Walter Bondy, Henri Epstein, Adolphe Feder, Alice Halicka, Henri Hayden, Georges Kars, Léon Indenbaum, Simon Mondzain, Mela Muter et bien d’autres.

Le musée de la rue du Temple retrace donc  l’histoire artistique et politique de l’Europe des années 1900.  Au travers de nombreux documents d’archives, de prêts du Centre Pompidou « l’exposition raconte la liberté de convictions politiques et l’émulation culturelle qui régnaient à l’époque à Paris. Nombre des artistes exposés ont fui les pogroms, la censure ou l’instabilité économique qui régnaient dans leurs pays, tout en conservant un profond attachement à leurs racines. Les quartiers de Montmartre et Montparnasse ont constitué des lieux privilégiés d’échanges et de discussions pour les artistes, et ont contribué à faire éclore leurs talents. Plusieurs mouvements incontournables de l’art moderne sont nés dans la ville Lumière : cubisme, fauvisme, postimpressionnisme puis surréalisme… Difficile d’ailleurs de rattacher ModiglianiSoutine ou Chagall à un seul de ces courants, tant leurs œuvres sont plurielles et atypiques !« 

« On plonge d’emblée dans l’effervescence du Paris cosmopolite du début du siècle dernier, dans les cafés animés de Montparnasse et les ateliers de la Ruche ou de la cité Falguière, véritables pépinières de talents. De l’expérience de la Grande Guerre aux soirées mémorables des Années folles, en passant par les salons qui déchaînent les critiques et les attaques antisémites, l’exposition nous fait revivre une page d’histoire passionnante. On redécouvre les visages étirés peints par Modigliani, les couleurs criardes des œuvres bariolées de Chagall, les expérimentations électriques de Sonia Delaunay ou encore les œuvres cubistes de Moïse Kisling. »

 

Visite libre du 17 juin au 31 octobre 202 – Du mardi au vendredi de 11 h 00 à 18 h 00, le mercredi jusqu’à 21 h 00 – Le samedi et dimanche de 10 h 00 à 19 h 00

Réservation obligatoire d’un créneau de visite en plus de votre billet sur la billetterie du musée : sélectionnez le tarif « Réservation de créneau de visite, visiteur avec billet (Paris Museum Pass, Billet CE) ». Vous devrez vous munir de votre billet et de la réservation de créneau lors de votre visite.

Hôtel de Saint-Aignan, 71 Rue du Temple, 75003 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *