De bien curieuses décorations de Noël dans le Marais

Alors que plusieurs articles du Parisien titraient récemment  « Le Marais, c’est devenu  Disneyland, déplore un commerçant historique du quartier du Marais » ou  « Paris : loyers qui flambent, rue bondées…. le Marais victime de son succès ? » et malgré la pandémie, force est de constater que le quartier historique de Paris Centre, au vu de sa fréquentation,  conserve tout son attrait. Seulement  la vie quotidienne de ses habitants est perturbée par la foule (en ce moment les touristes sont toutefois moins nombreux),  la fête permanente, les locations saisonnières, les nuisances sonores nocturnes en raison du nombre élevé de bars et de restaurants. Ce qui n’est  pas non plus sans incidence sur la malpropreté ambiante. Notre quartier du Marais fait partie des quartiers, et peut-être plus que d’autres, très visités et passants, fréquentés de jour comme de nuit.

Il devient difficile de répondre à la question de savoir s’il y fait bon  vivre ou non…? Il est certain que les évolutions de ces dernières années ont changé la physionomie du Marais. D’un côté c’est un privilège de pouvoir vivre au sein de nombreux édifices historiques. De l’autre, il est dommage de banaliser ce secteur engorgé par les transports et pire encore depuis l’instauration des pistes cyclables. Quant à l’autorisation d’installer des terrasses éphémères dans des rues étroites et donc sonores, il s’agit d’une véritable hérésie voire d’une provocation pour les habitants qui accentue aussi la malpropreté déjà élevée du fait d’une fréquentation supérieure à la moyenne parisienne,  de l’affichage sauvage jamais enrayé et des tags qui fleurissent partout et nous narguent jusque sur les cheminées…

Rien n’est épargné à ce quartier historique fragile qui devrait être davantage protégé par nos élus. C’est ainsi que récemment les murs, et ce jusqu’au second étage du magasin Calvin Klein 44, rue des Francs Bourgeois installé dans une ancienne maison d’habitation, ont été recouverts d’un gigantesque affichage publicitaire vantant les vertus de la marque avec l’autorisation tout à fait officielle et pour 3 mois de la mairie de Paris. Drôles de décorations de Noël dans une rue où se côtoient nombre de bâtiments classés.  Peut-être la mairie a t-elle demander que ce droit d’affichage soit payant ? Ce serait la moindre des choses à l’heure où nos rues devraient voir fleurir les décorations qui éblouissent petits et grands et donnent à nos rues un véritable air de fête.

Nous en sommes loin pour l’instant et cet affichage agressif et déplacé de Calvin Klein a de quoi exaspérer les riverains et les amoureux du Marais pointant dans cette action une forme d’irrespect à leur endroit et à l’égard du patrimoine.  Où sommes nous tombés! Les rues du Marais ne sont ni Broadway, ni la 5ème Avenue. On imagine toute la rue des Francs Bourgeois (voire l’ensemble du quartier du Marais) placardée ainsi d’affiches plus grandes les unes que les autres dans un mouvement de démagogie effrénée et bienveillante de nos édiles à l’endroit des commerçants. Ce n’est pas de cette façon que leurs ventes vont exploser!

Cette autorisation donnée par la mairie est très regrettable. Elle ouvre la porte aux abus,  à d’autres demandes, le Marais ne mérite absolument pas cela. Il n’est pas un laboratoire pour s’essayer à de nouvelles formes de publicité. Espérons que les équipes en charge de ce dossier à l’Hôtel de ville vont se ressaisir face au tollé de la population dépitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.