Est-il bien opportun de piétonniser le centre de Paris ?

Nouveau cheval de bataille de la Maire de Paris annoncé aux médias avec force publicité. Il s’agit cette fois de piétonniser le « centre historique de Paris ». Une proposition qui a tout de la fausse bonne idée et qui signerait pour les habitants l’arrêt de mort des quartiers concernés tant ils perdraient leur âme, deviendraient invivables, « muséographiés » de fait et hyper fréquentés par les touristes. Les bars et les terrasses proliféreraient, la fête tant prônée par les élus deviendrait permanente, les incivilités provoquées par les conducteurs de 2 roues sur les trottoirs rendraient la circulation dangereuse et le bruit, en particulier la nuit, tournerait de fait en règle.

En outre, la piétonnisation entraînerait la réduction de la « biodiversité » des commerces. Ne resteraient alors très rapidement que les bars et snacks, les magasins de vêtements et les boutiques de souvenirs liées au tourisme, ne serait-ce que du fait de l’enchérissement des frais de transport des marchandises et des difficultés d’accès pour les non-résidents.

Ne nous leurrons pas, sous prétexte de réduction de la pollution atmosphérique due aux véhicules motorisés, cette annonce électoraliste ou non, est un très mauvais signe pour les parisiens résidant dans le centre de Paris. Est-il logique du reste d’engager des travaux d’ampleur,  par exemple  rue de Rivoli, de Bastille à Concorde (coûts, embouteillages monstres et nuisances considérables…), pour ensuite annoncer que les voies seront piétonnes ?

Bien entendu, comme il apparaît souvent dans ce genre de décision qui risque fort d’être unilatérale, on nous berce d’illusions en nous promettant que des « études approfondies, en concertation » avec l’ensemble des parties seraient menées, et que tout cela allait « dans le sens de l’histoire ». Il est même précisé que la préfecture de police et les maires d’arrondissement seront associés. Et les citoyens et habitants dans tout cela, seront-ils une nouvelle fois confrontés à un marché de dupes? Rappelons-nous seulement comment s’est déroulée la concertation pour la fermeture des quais de la rive droite de la Seine, l’avis du Commissaire enquêteur n‘ayant même pas été pris en compte par la mairie de Paris.

De quelle manière les riverains pourront-ils accéder à leur domicile pour y garer leur véhicule ? Comment les artisans et autres corps de métiers se rendront ils sur leurs chantiers ? Comment les livreurs chargeront–ils ou délivreront ils leurs marchandises ? Comment les véhicules de secours pourront-ils se faufiler à travers les foules compactes de touristes afin d’accéder rapidement sur les lieux d’intervention ? Est-il réaliste de vouloir traiter tout cela « avec des navettes électriques extrêmement autonomes » ? Comment s’effectuera le contrôle du respect des règles qui régiront la circulation dans ce secteur ?

Que l’on interdise la circulation aux véhicules les plus polluants, que l’on réserve des dimanches à la piétonisation, dont acte, mais que l’on ghettoïse d’une certaine façon les seuls arrondissements du centre ce n’est pas de bon augure pour les habitants ainsi pénalisés.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *