Jeux olympiques à Paris, les questions de circulation et de sécurité sont essentielles

Les récents incidents au stade de France nous laissent circonspects sur l’organisation des prochains jeux olympiques qui se dérouleront pour partie, rappelons-le, en plein centre de Paris. Faut-il déjà s’inquiéter de problèmes de circulation et de sécurité qui ne manqueront pas de se poser malgré les propos rassurants des organisateurs ?

En ce qui concerne la circulation un décret a été publié le 04 mai dernier fixant la liste des voies et portions de voies réservées à certains véhicules  pour les JO, c’est-à-dire du 1er au 15 septembre. Autant dire que les bouchons seront alors légion. Il va être en effet difficile de concilier le trafic automobile et ces restrictions qui seront imposées dans le centre de Paris, la Seine et Marne et les Yvelines. L’utilisation de la plupart des autoroutes proches de Paris sera lui aussi restreint.  Les grands axes parisiens et la voie de gauche du périphérique seront aussi neutralisés. Certains experts évoquent déjà une « thrombose du trafic en Ile de France » ! Et  si « la fête était gâchée à cause des embouteillages » ? Cette éventualité n’est pas à exclure malheureusement. La délégation interministérielle pour les JO (qui comprend la direction des routes d’Ile de France, la préfecture de police et les collectivités impactées) souligne que ces restrictions ne porteront que sur 1% des routes d’Ile de France, soit 185 km. mais cela est suffisant pour « congestionner » le trafic déjà dense habituellement. Quid alors de l’accès  réservé aux véhicules de secours (ambulances, SAMU, police pompiers …) ? N’oublions pas non plus que Paris est percluse de travaux sur la voie publique et ceux-ci risquent de ne pas être terminés à temps, ce qui est à craindre. Il importe aussi de savoir quel sort sera réservé aux bicyclettes, trottinettes et autres engins dont les conducteurs pensent avoir tous les droits ? Seront-elles, elles aussi interdits sur les voies condamnées ? Cela reste à préciser car il serait incohérent de laisser agir à leur guise les conducteurs de ces « machines » devenues encore plus dangereuses dans un Paris bondé!

 

Parmi les solutions envisagées pour réduire le trafic, sont évoqués l’encouragement au télétravail, la possibilité d’ouvrir les voies « réservées » aux taxis, aux transports en commun et peut-être de les rouvrir temporairement en fonction de la tenue des épreuves sportives. L’idée actuelle serait enfin qu’à l’issue des jeux elles ne soient pas restituées à la circulation mais seulement au covoiturage par exemple ! Ce sur quoi déjà s’insurgent des élus…qui y voient une aberration, qu’en sera t-il des bouchons déjà nombreux avec une voie de moins ? Aucune étude d’impact ne semble avoir été menée  pour le moment ?

 

Sur la sécurité, une reprise en main semble plus que nécessaire après le fiasco de la finale de la ligue des champions. Les pouvoirs publics, au plus haut niveau, analysent les dysfonctionnements très fâcheux qui se sont produits afin de corriger les erreurs commises.  Les critiques qui affluent de toute part, y compris de l’étranger, agissent comme un aiguillon et devraient faire réagir les décideurs qui doivent prévenir, avec des effectifs suffisants et une organisation irréprochable, les mouvements de foule, une densité de visiteurs exceptionnelle, les risques d’attentat, les manifestations et rassemblements. Il faudra au final protéger et rassurer les sportifs et participants. Une énorme tâche qui demande une préparation millimétrée très en amont. Mais il faut rester réaliste, toutes les situations ne peuvent être prévues à l’avance. 

Effectivement la sécurité et la circulation seront déterminantes pour la réussite des jeux olympiques, deux problématiques sur lesquelles nous serons observés par le monde entier.   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.