La baisse persistante d’écoliers est un mauvais signe pour le centre de Paris

Le phénomène ne frappe pas seulement les campagnes, à Paris l’enseignement public a perdu 7 % d’élèves de maternelle et primaire en 7 ans. La chute va se poursuivre. En 2020 ce seront 19 000 élèves en moins dans les écoles  en 10 ans  (source Le Figaro du 02 octobre 2018)! Le 1er et le 3ème arrondissements sont les plus touchés de la capitale.

Des fermetures de classes voire d’écoles (comme l’école de la rue Brantôme prés du Centre Pompidou) ont eu leu et d’autres sont à prévoir pour les prochaines rentrées, avec un effet retard sur les collèges et les lycées encore peu touchés.

Le explications ne manquent pas, baisse des naissances plus significative à Paris (?), prix élevé de l’immobilier et des loyers,  concurrence de l’enseignement privé qui n’enregistre pas de contraction… La politique du logement engagée par la mairie de Paris focalisée sur le logement social au détriment du logement intermédiaire a exclu les classes moyennes qui sont conduites à s’installer dans des villes de province ou en banlieue. La montée exponentielle des locations saisonnières a asséché aussi l’offre de logements d’habitation.   Rappelons pourtant que le mairie de Paris avait reçu en grande pompe  le président d’AirBnB, Brian Chesky, en février 2015. encourageant son emprise sur la capitale devenue son plus important marché. Elle a depuis lors fait marche arrière, dépassée par les événements et le mécontentement des Parisiens  mais les mesures récemment prises pour réguler cette expansion restent bien insuffisantes.

Une ville qui perd ses enfants et le centre de Paris en paie le prix, est un mauvais présage pour son devenir dans les années futures. Le tourisme, les activités mercantiles, la mono activité commerciale, la disparition des commerces de bouche, la multiplication de la fête et des lieux de fête, de même que la muséification de nos quartiers remplaceront progressivement  les familles. Est-ce cela que nous voulons pour les 4 premiers arrondissements?

De tels signaux d’alerte doivent être considérés avec sérieux et donner lieu à une analyse en profondeur assortie de propositions correctrices. Au quai d’Orsay qui abrite le secrétariat d’Etat au tourisme, on commence enfin à réfléchir au sur-tourisme et aux moyens à mettre en oeuvre pour limiter l’afflux de touristes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *