La piétonisation de la rive droite déclarée légale par la cour administrative d’appel

La décision est passée inaperçue ou presque mais la Maire de Paris a sans doute dû souffler en apprenant que « le feuilleton judiciaire avait pris fin » comme elle le souligne sur le site de la mairie paris.fr. En effet la cour administrative d’appel de Paris (installée dans le magnifique Hôtel de Beauvais rue François Miron dans le Marais) a confirmé la légalité de la piétonisation des berges de la Seine rive droite qui faisait suite à un arrêté pris par la Maire. L’autoroute urbaine que cite la mairie en parlant des voies sur berges n’est plus et le parc des Rives de Seine lui a été substitué. D’autres autoroutes qui les remplacent sont apparues ici et là mais pour elles sont réservées aux bicyclettes, elles sont le plus souvent aussi désertes que le sont les voies sur berges…

L’article du site de la mairie de Paris est dithyrambique, soulignant que ce résultat est l’œuvre résultat d’une vaste concertation ayant précédé cette décision. Rappelons simplement que celle-ci a été prise contre l’avis même du commissaire enquêteur pourtant nommé par la Maire elle-même pour mener l’enquête publique ! Le côté irrévocable de la transformation des berges est désormais totalement acquis pour la mairie qui annonce « Cette victoire va permettre à la municipalité d’aller plus loin encore dans l’aménagement et la végétalisation des Rives de Seine. A partir de 2020, une voie de bitume sera remplacée par de la pelouse »

Mais tout ceci est obtenu à quel prix ? La pollution de l’air ne diminue pas contrairement à ce qui est officiellement affirmé du fait d’un déport du trafic sur d’autres voies, nous ne devons pas nous voiler la face la baisse de véhicules qui est mise en avant ne reflète pas la réalité quotidienne…et les pics de pollution ont été nombreux l’an passé.  Il suffit simplement de se déplacer même à pied pour s’en rendre compte et s’il vous prend l’envie d’emprunter les bus, ils sont fréquemment vides. Les utilisateurs ne veulent plus arriver en retard à leur travail ou leur rendez-vous depuis la multiplication des rétrécissements, des contournements, des déviations, des modifications d’itinéraires voulues ou non quand il ne s’agit pas de travaux qui traînent en longueur et dont on ne voit pas la fin.

Oui il faut baisser la pollution atmosphérique, oui il faut réguler le trafic automobile mais fallait-il le faire à la hussarde avec toutes les conséquences que chacun d’entre nous vit quotidiennement ? Là est toute la question…Pour notre part nous estimons que non.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *