La santé au Moyen Age à la Tour Jean sans Peur

Comment conçoit-on le corps au Moyen Âge? Sur quelles théories reposent les pratiques médicales ? Comment et avec quoi fabrique-t-on les médicaments ? Comment se déroule un rendez-vous chez le médecin? Pratique-t-on l’anesthésie? Quelles sont les maladies les plus fréquentes ?

À travers six grands thèmes, près d’une centaine de documents, cette exposition, organisée dans la célèbre tour Jean Sans Peur datant du début du XVe siècle,invite le visiteur à s’identifier au médecin ou au patient à la fin du Moyen Âge en Occident.

Sont abordés tour à tour les principes de santé au Moyen-Age, les pratiques médicales (théorie des humeurs et principe des “signatures”, religion et magie, la connaissance du corps humain), la santé publique (le réseau  médical, un réseau sous haute surveillance, les établissements hospitaliers), les maladies (graves et bénignes), l’arsenal du médecin  (la consultation, soins et prescriptions) et la chirurgie (l’examen, l’opération, les soins post-chirurgicaux).

Le dossier de presse de cette exposition se termine en ces termes  : « Si la théorie:des humeurs ou le principe des signatures a conditionné les pratiques médicales tout au long du Moyen Âge, conduisant parfois à des analyses erronées, certains actes se sont révélés positifs pour le patient. Par exemple, il est aujourd’hui admis que la plupart des fleurs jaunes contiennent des principes actifs contre les maladies du foie comme le pensaient les médecins du Moyen Âge. De même, pour opérer une tumeur de nature froide et rééquilibrer les humeurs, le chirurgien utilisait des aiguilles en fer, passées au feu, donc chaudes, mais assainissant ainsi son matériel. »

« Ainsi, pour de “mauvaises” raisons, arrive-t-on à de bons résultats. En outre, même si le corps médical a été caricaturé dans les marges des manuscrits médiévaux (singes ou cochons apothicaires, lapins médecins), certaines pratiques n’en demeurent pas moins d’une grande modernité. Ainsi, était-il courant de voir le médecin assurer un suivi psychologique à son patient, voire de lui conseiller musique et poésie afin de compenser le caractère inéluctable de la souffrance et de la mort.« 

 

Horaires d’été : 22 juin – 31 juillet (y compris 14 juillet) du mercredi au dimanche 13h30 – 18h00
Fermeture du 1er au 31 août et reprise à partir du 1er septembre jusqu’au 12 mars 2023.

20, rue Etienne Marcel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.