Les déjections canines font hélas leur grand retour !

Dans le prolongement de #saccageparis, force est de constater qu’une des causes de la montée de la malpropreté résulte aussi des déjections canines qui font leur grand retour dans nos quartiers.

Après une importante campagne de sensibilisation menée par la mairie de Paris en 2016, le temps où, les propriétaires promenaient leur chien sans se séparer des petits sachets nécessaires pour ne pas salir les trottoirs semble révolu. Chassez le naturel il revient au galop!

La gêne a disparu, le confinement a restreint les déplacements et avec eux le nombre de regards réprobateurs sur ces incivilités. Quant à la mairie qui a annoncé une augmentation du budget propreté, elle serait bien inspirée d’en dédier une partie à une campagne anti déjections canines laissées sur les trottoirs et les pourtours d’arbres (*), quand ce n’est pas dans les squares non interdits aux chiens.

Le nombre de propriétaires de chiens de la capitale est évalué à 100 000, ce qui est considérable. La mairie ne peut pas laisser repartir dans le mauvais sens ce type d’incivilité. Comme l’indique l’affiche de la campagne menée par la ville de Pau qui illustre cet article,  « Ce n’est pas le chien qui est sale, c’est le maître » et ceux qui sont pris en flagrant délit et sanctionnés ne sont taxés d’une amende de 68€, ce qui est trop peu et non dissuasif. Mais le gouvernement a bien d’autres sujets à traiter que celui de soumettre au Parlement l’augmentation de ce genre d’amende?

Il faut de toute manière endiguer cette résurgence de la malpropreté due aux chiens et la traiter en priorité, d’autant que l’équipe municipale a été sévèrement rappelée à l’ordre par les Parisiens ces dernières semaines. Alors ne laissons pas s’ajouter ces saletés à la saleté quand il est encore temps,  Les Parisiens n’en peuvent plus, ces incivilités peuvent être aussi la cause d’accidents pour ceux qui  glisseraient sur ces dépôts indésirables, l’espace public étant réduit à une peau de chagrin avec le développement inconsidéré des terrasses.
(*) Selon Le Parisien du 14 mai, la Mairie de Paris réfléchirait à un nouvel aménagement des entourages des arbres. Nous préconisons le retour aux grilles classiques. Il est grand temps d’arrêter l’expérience désastreuse voire hideuse de leur végétalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.