Paris Centre concentre 3 expositions sur Yves Saint-Laurent

Parmi les 6 expositions et rétrospectives consacrées à Yves Saint-Laurent, à l’occasion du soixantième anniversaire de la célèbre maison de couture, nous avons la chance que trois des institutions concernées soient situées dans notre arrondissement Paris Centre. Il s’agit d’un événement dont l’objectif est de confronter les collections présentées avec celles, permanentes, des musées qui participent à cet hommage (le Centre Pompidou, le musée d’Art moderne de Paris, le musée du Louvre, le musée d’Orsay, le musée Picasso et le musée Yves Saint-Laurent).  Le second objectif est d’attirer un nouveau public sensible à la mode tout en faisant découvrir les travaux du couturier aux habitués des musées.

Le Louvre a privilégié « les arts décoratifs, le goût pour le grand décor et l’apparat » et présente dans la galerie d’Apollon conçue par Charles Le Brun pour Louis XIV des vêtements d’exception  brodés de fils d’or et d’argent, en particulier « des vestes bijoux » disposées dans des vitrines. Situé non loin des bijoux de la couronne est exposé le fameux cœur noir et rouge en strass et cabochons de cristal (un clin d’œil à la joaillerie française) que le couturier a dessiné en 1962 et que portait l’un de ses mannequins à la fin de chacun de ses défilés.

Tous les jours sauf le mardi 09h00-18h00

Le Centre Pompidou a souhaité montrer des créations du couturier axées sur sa modernité sous forme de « dialogue » avec des œuvres de nombreux peintres dont Matisse ou Mondrian qui ont inspiré plus particulièrement Yves Saint-Laurent. A propos de ces artistes, ce dernier déclarait  « J’aime d’autres peintres, mais ceux que j’ai choisis étaient proches de mon travail, c’est pour cela que je les ai sollicités. Mondrian, bien sûr, qui fut le premier que j’osai approcher en 1965 et dont la rigueur ne pouvait que me séduire, mais également Matisse, Braque, Picasso, Bonnard, Léger. Comment aurais-je pu résister au Pop Art qui fut l’expression de ma jeunesse ? ».  A ce titre il faut souligner combien  « Le couturier est resté très ancré dans son temps, observant d’un œil les tendances du moment et empruntant aux différents mouvements artistiques pour nourrir ses collections. Le créateur a particulièrement prêté attention aux artistes modernes, avec qui il collaborait volontiers… Le Centre Pompidou révèle donc les influences et les inspirations modernes, pop, cubistes, abstraites… qui ont contribué à la diversité de ses œuvres, dont le style était sans cesse renouvelé…, il a passé sa carrière à jouer avec les conventions, les formes, les couleurs, pour proposer, chaque fois, des collections toujours surprenantes et innovantes.
Tous les jours sauf le mardi 11h00-21h00. Nocturne le jeudi jusqu’à 23h00.
Le musée Picasso focalise sa présentation sur les influences de l’œuvre de Picasso sur le couturier qui n’a jamais caché la fascination qu’il exerçait sur lui. Il lui dédia d’ailleurs deux de ses collections. « Tableaux et tenues de haute couture sont mis en face-à-face, comme un dialogue muet entre les deux artistes reconnus et appréciés internationalement. Ces deux maîtres partageaient plus d’une qualité : ils ont tous deux repoussé les limites et redéfini les règles de leur art, pour imposer leur style inimitable…. Se renouvelant sans cesse… » Yves Saint-Laurent  » …a passé sa carrière à jouer avec les conventions, les formes, les couleurs, pour proposer, chaque fois, des collections toujours surprenantes et innovantes. » La photographie illustrant cet article est extraite de l’exposition du musée Picasso.
Tous les jours 10h30-18h00 sauf le lundi.  9h30-18h00 les samedi et dimanche
Jusqu’au 15 mai 2022
NB : Un catalogue a été édité pour cette occasion intitulé  « Yves Saint Laurent aux musées » chez Gallimard 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.