Photographe prolifique et méconnu, Gaston Paris est exposé au Centre Pompidou

Le musée Pompidou (*) nous convie à voir une exposition « La photographie en spectacle » des clichés du photographe méconnu Gaston Paris (1905-1964). Beaucoup ont été publiés dans le magazine Vogue avant que l’artiste travaille pour Paris Match. La plaquette de présentation de l’événement précise à propos de ce dernier  » Photographe talentueux, reporter assidu et fréquemment publié, notamment dans le magazine VU, Gaston Paris (1905-1964) demeure encore largement méconnu. Technicien virtuose et observateur ingénieux, il sert, aux côtés de ses pairs, l’appétit visuel des années 1930. » Il a été «  indéniablement influencé par le surréalisme et le « fantastique social » de son époque. »

« L’exposition est aussi une réflexion sur les différents supports de la photographie : elle présente une cinquantaine de tirages d’époque, vingt-cinq planches thématiques illustrées par des tirages contact, une cinquantaine de reproductions de magazines, plus de cent tirages tardifs réalisés dans les années 1960 et 1970 et la projection d’une centaine de négatifs numérisés. »

« Du cirque Bouglione à l’exposition universelle, en passant par le Casino de Paris ou le gymnase de Pigalle, le photographe Gaston Paris aura arpenté chaque coin de la capitale (NDLR: sur tous les sujets), immortalisant de son appareil photo ces scènes banales, qui deviennent de vraies œuvres d’art grâce à son œil affûté….Gaston Paris a participé à la naissance du photojournalisme Le photographe est aussi un témoin de la Seconde Guerre mondiale, et notamment de la Libération de Paris.
C’est ainsi qu’il a immortalisé des événements, des spectacles, l’étrange, l’insolite (« le surréalisme constitue une grande partie de son orientation artistique« ) et l’actualité au sens large notamment la modernité … « Ses  photographies montrent l’avancée des inventions et des nouvelles technologies à une époque où tout change rapidement ».
La Bibliothèque historique de la Ville de Paris détient 15 000 négatifs du photographe prolifique vendus initialement par sa veuve à l’agence Roger Viollet. 

Jusqu’au 18 avril 2022. Tous les jours (sauf le mardi) 11h00-21h00

La photographie illustrant cet article est issue de la série « Gosses des faubourgs »

(*) Une exposition simultanée se tient jusqu’au 23 avril à la galerie Roger Violet 6 rue de Seine (6e) intitulé « Gaston Paris, l’œil fantastique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.