Quel espace public va t-il rester aux piétons ?

Jusqu’à présent la Mairie de Paris créait des multitudes d’aires piétonnes non pas pour les piétons mais pour entériner les terrasses sauvages‌ et les rendre durables. Maintenant elle inverse le mouvement : elle crée préventivement des aires piétonnes dans des rues trop étroites pour pouvoir y installer des terrasses « régulières ». Une manœuvre qui ne dupe personne tant la ficelle est grosse.

Aujourd’hui dès qu’une partie de l’espace public se libère ou est libéré par la mairie de Paris, il est attribué quasi systématiquement à une seule catégorie de Parisiens, un débit de boissons ou à un restaurant alors que normalement ces espaces sont réservés aux piétons. Quant aux autres types de commerces comme nous l’avons si souvent souligné ils doivent « laisser passer le train ».  le collectif place aux piétons créé par plusieurs associations l’an passé et auquel nous avions réservé un article a du souci à se faire car en dehors des adeptes des bicyclettes et des  adeptes des terrasses point de salut. Aucun espoir de glaner une parcelle si infime soit-elle puisque elle est  de toute façon destinée par principe aux bars afin d’y installer une  terrasse qui sera tôt ou tard pérenne. La mairie ne s’en cache d’ailleurs pas, il suffit de se remémorer les récents échanges lors des réunions dites de  » concertation  » relatives à la modification du règlement des étales et des terrasses .

Les pauvres piétons, en particulier les parents avec des poussettes, les personnes âgées et celles à mobilité réduite ou se déplaçant en fauteuil roulant, n’ont qu’une seule option s’ils veulent éviter le gymkhana sur l’espace public, rester chez eux.   La « nationalisation  rampante » de l’espace public est à l’œuvre avec ses conséquences que nous ne cessons de dire et de redire. D’une part des terrasses bondées où le plus souvent les gestes barrière, la distanciation  et le couvre-feu ne sont pas respectés (favorisant l’arrivée d’une nouvelle vague de la pandémie), d’autre part des embouteillages monstres de plus en plus nombreux sur les voies encore autorisées à la circulation. .Embouteillages qui polluent affreusement l’air que nous respirions alors que l’on nous dit que l’interdiction à la circulation automobiles est destinée à diminuer la pollution … Le contraire de ce qui est annoncé en quelque sorte.

Alors arrêtons de prendre les Parisiens pour des « beubeus », ils observent et constatent dans leur vie quotidienne les conséquences des décisions prises par nos édiles en dehors de toute étude d’impact et de réelle concertation. Il faut arrêter de piétonniser les rues pour au final y installer des terrasses dont Paris regorge déjà et arrêter aussi de vouloir éradiquer la voiture de la capitale. Il s’agit là d’une véritable utopie alors que d’autres solutions existent à commencer par les voitures électriques dont  la montée en puissance est bien plus rapide que celle attendue. Il est souvent malvenu d’aller contre le cours du temps et l’évolution qui s’y attache, ce sont les Parisiens silencieux mais désabusés qui en souffrent le plus,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.