Quel projet pour le parking désaffecté de la rue du Grenier Saint-Lazare ?

Les projets ne manquent pas lorsqu’il s’agit de répondre au concours « Réinventer Paris » lancé par la mairie, certains farfelus, d’autres plus sérieux. Encore faut-il que ceux retenus s’insèrent bien dans la Ville sans la défigurer et surtout qu’ils soient ensuite réalisés !

Parmi les dossiers sensibles du centre de Paris figure celui du parking de 72 places de la rue du Grenier Saint-Lazare inactif depuis 2014 suite à de nombreux dysfonctionnements alors qu’il reposait, lors de sa mise en service, sur un système novateur, les voitures déposées à l’entrée étaient prises en charge par des automates qui les garaient directement dans les sous-sols.

De suggestions en suggestions données aux édiles, ce sont dorénavant, comme l’a rapporté récemment le Journal du Dimanche, 4 propositions qui sont en short list pour l’aménagement de 6 niveaux d’une surface totale de 2 200 m2. Cet espace profond, propriété de la ville de Paris serait donné en bail emphytéotique (il est question de 25 ans) pour être transformé soit en un immeuble de logistique urbaine (Sogaris), soit en un concept store lifestyle (LVMH), soit en espace de sport virtuel (Stadium 2.0), soit enfin en projet de centre virtuel d’art visuel et sensoriel (Ymagis-Eclair). Selon le même journal qui détaille ce dernier projet, il y aurait « une partie d’espace de travail, et de post production…, deux petites salles de projection et un espace d’exposition d’art contemporain ouvert au public ». Des partenariats seraient noués avec des écoles de cinéma. Et clou du projet, 2 toboggans seraient installés dans ce trou haut de 18 m !

Ce dossier n’est pas sans rappeler la transformation en 1989 du théâtre de la Gaité Lyrique en parc d’attractions sous le nom de Planète magique qui se solda par une faillite 2 ans plus tard.

Nous recommandons aux membres du jury qui statuera le 5 décembre pour désigner le lauréat de choisir un projet économiquement viable, qui profitera au plus grand nombre, apportera des emplois, embellira le quartier sans le transformer à l’excès et ne sera pas source de nuisances notamment sonores. Il importe enfin que l’aspect mercantile du dossier ne l’emporte pas sur les autres considérations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *