Visite de l’atelier Brancusi

Originaire de Roumanie où il est né en 1876, alors sous contrôle ottoman, Constantin Brancusi fils de simples paysans, figure majeure de la sculpture du 20e siècle, a vécu l’essentiel de sa vie à Paris (1904-1957), où il est arrivé pied en passant par Vienne, Munich et la Suisse.

L’artiste a légué à l’Etat français son atelier (sous réserve que celui-ci s’engage à le reconstituer tel qu’il se présentera à la mort de l’artiste) où la plus grande partie de son œuvre fut créée. Reconstruit sur 600 m2 à l’identique en 1997, avec un petit jardin, sur la Piazza par Renzo Piano, l’Atelier Brancusi qui se trouvait 11, Impasse Ronsin dans le XVe arrondissement, est riche de 137 sculptures et 87 socles originaux, 41 dessins, ainsi que 2 peintures. Il conserve en outre plus de 1 600 plaques photographiques de verre et tirages originaux. qui a été entièrement reconstruit à côté du Centre Pompidou sur la piazza. 

Brancusi a suivi des études à l’université nationale d’art de Bucarest (1898-1901), il s’inscrit à l’école nationale supérieure des beaux arts de Paris en 1905, date à laquelle il réalisera la première version de son célèbre « Baiser« . Suivront d’autres œuvres de référence dont la célèbre « Muse endormie » et « L’oiseau dans l’espace » qui veut traduire l’envol du volatil cherchant « l’essence du vol ». Cette série comprend 27 pièces de marbre et de bronze qui auront été réalisées sur 22 ans.

L’abstraction qui caractérise l’œuvre de Brancusi a été très critiquée à l’origine. « L’épure trés poussée dérange les conceptions traditionnelles de la sculpture. » Ses sculptures seront saisies par les douanes américaines au prétexte qu’elles ne les considéraient pas comme des œuvres d’art donc elles ne pouvaient être exonérées de droits. Il aura fallu un procès en 1926, Brancusi a été aidé par Marcel Duchamp, pour que ses productions exportées Outre atlantique soient considérées comme de véritables œuvres d’art !

« Constantin Brancusi accorde une importance capitale à la relation de ses sculptures avec l’espace qui les contient. Dès les années 1910, en disposant des sculptures dans une étroite relation spatiale, il crée au sein de l’atelier des œuvres nouvelles qu’il nomme « groupes mobiles », signifiant ainsi l’importance du lien des œuvres entre elles et les possibilités de mobilité de chacune au sein de l’ensemble » L‘atelier devient alors une œuvre d’art à part entière… et conduit le sculpteur a remanier quotidiennement la place de de ses œuvres… A la fin de sa vie, Constantin Brancusi ne produit plus de sculptures pour se concentrer sur leur seule relation au sein de l’atelier. Allant, lorsqu’il vend une œuvre, jusqu’à la remplacer par son tirage en plâtre pour ne pas perdre l’unité de l’ensemble. » 

 

Ouvert tous les jours de 14h00 à 18h00 sauf le mardi. Entrée gratuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.