Des feux tricolores bien inutiles

De nouveaux radars feux rouges ont été récemment installés à l’angle des rues de Rivoli et du Louvre, quai de Grèves le long de bâtiments de la préfecture de Police et au croisement des rues Saint-Martin et de Rivoli près de la place du Châtelet. Ils visent à éviter, ce qui arrive trop fréquemment, les incivilités d’automobilistes ou autres conducteurs qui pensent être seuls et provoquent accrochages et embouteillages aux carrefours ( le système de quadrillage peint en jaune visant à verbaliser ceux qui s’engageaient aux croisements alors que la circulation n’était pas fluide semble avoir fait long feu…!).

A propos d’embouteillages on se demande qui a eu l’idée lumineuse de faire installer des feux tricolores deux mètres juste après l’intersection de la rue aux Ours et du boulevard de Sébastopol, de sorte que tout véhicule qui tourne vers le boulevard en arrivant de la rue aux Ours ou de la rue Étienne Marcel est tout de suite arrêté par le feu rouge,  Cette situation entraîne le blocage des véhicules qui les suivent et ne peuvent même pas franchir le carrefour !? Le résultat est évident, des bouchons se créent dans les deux rues débouchant sur le boulevard et la pollution augmente.

Le plus « cocasse » est que ce nouveau feu franchi, un autre feu arrête les conducteurs quelques mètres plus loin. Tout est donc fait pour indisposer les conducteurs de véhicules motorisés (excepté les conducteurs de trottinettes et de bicyclettes qui s’arrogent tous les droits), leur faire perdre un maximum de temps ( les artisans ne sont pas à la fête !)… Par temps de grève la situation est encore plus qu’effrayante,  voire d’un autre âge comme au temps des diligences et des calèches qui parvenaient avec peine à se frayer un chemin dans les rues étroites et encombrées de la capitale. Tout ceci est d’autant plus anachronique que dans certains quartiers a été expérimentée la suppression des feux de circulation à certains carrefours ? Comprenne qui pourra !

Nous avons signalé cette situation incompréhensible à la Direction de la Voirie et d es Déplacements de la mairie de Paris en demandant de la revoir tant elle paraissait stupide, irresponsable et inutilement coûteuse,sauf à imaginer qu’il s’agit tout simplement d’une erreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *