L’exceptionnelle galerie de portraits des curés de l’église Saint Nicolas des Champs

Nous avons déjà évoqué l’église méconnue de Saint Nicolas des Champs qui se trouve à l’intersection des rues Saint Martin et Réaumur. Après la restauration de plusieurs fresques du XVIIe, il y a quelques années, et l’aménagement récent du terre plein qui lui fait face, c’est surtout la façade méridionale très abîmée, côté rue Cunin-Gridaine, avec son célèbre portail renaissance (1576-1586), qui va faire l’objet d’une vaste opération de remise en état. Puis dans quelques années sera restauré le fameux orgue Clicquot, sans doute le plus bel instrument de France dû à ce facteur,  qui pour l’instant s’est tu tant il est se trouve en mauvais état.

Cette église, nous ne le signalerons jamais assez, regorge d’œuvres d’art et de beautés cachées que l’aspect modeste de son extérieur n’incite pas à aller découvrir. 

Parmi ces curiosités figure, comme le souligne l’inventaire de la Commission diocésaine d’art sacré, une magnifique et rare collection de portraits des différents curés qui ont été nommés dans cette paroisse depuis 1623. Au total 19 peintures sont alignées en haut des cimaises de la sacristie et forment une longue et inhabituelle décoration d’une grande qualité. Parmi celles-ci nous relevons les portraits de Nicolas Malingre (1623), de Jean Obry, de Claude Joly peint pas Nanteuil et qui deviendra plus tard évêque d’Agen, de François de Montmignon, de Nicolas Parquet, de Jean Le Feuvre ou de J-E. Parent le curé de la paroisse durant la Révolution (le culte, après que l’église fut transformée en temple de l’amour, a été rétabli en 1802). Signalons la cas spécifique de Jacques de Lécluse, janséniste, qui par arrêt du Parlement fut banni avec son vicaire et 3 autres prêtres. La peinture la plus récente est celle de Louis Le Rouzic décédé en 1983 dont certains paroissiens, qui ont connu les années 50-60, se souviennent. Il fut aumônier de l’armée de l’air et a dirigé la maîtrise de Notre-Dame.  Plusieurs de ces personnalités reposent dans le tombeau des curés dans le chœur de l’église. 

Les noms des peintres qui ont réalisés ces portraits sont Vafflard, Laurentie, Jourdan, R. Toggi,  A. Moreau, E Bernardin, Pierre Boulicaut ou Ciezielski. L’un d’eux a été peint par une femme, Pauline Auzou. 

Un projet de mise en valeur de cette collection unique en son genre qui n’est pas ouverte au public est à l’étude. Certains émettent aussi l’idée de continuer la collection arrêtée depuis 60 ans afin de lui garder son unité.  

1 commentaire

  1. Pour les amoureux de l’orgue, voici un lien qui permet de retracer avec beaucoup de détails l’histoire de celui de St Nicolas des Champs.
    https://organ-au-logis.pagesperso-orange.fr/Pages/Abecedaire/StNicolas.htm#Pigache
    Celui-ci a subi nombre de métamorphoses, pas toujours à bon escient. Ce qui fait que ce sont tout de même les orgues de Poitiers (exceptionnels), de Souvigny, et à peine mieux que St Nicolas, Saint Gervais, qui restent les plus belles réalisations de F.H.Clicquot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *