Un atelier méconnu rue des Gravilliers

Alors que nombres d’activités sont arrêtées pour cause de confinement en raison du Covd19,  que chacun prend du recul,il est bon de mettre aussi en lumière certains métiers d’art qui souffrent alors qu’ils  perpétuent un savoir que l’on croit souvent disparu et qui font la réputation non seulement d’un quartier mais d’un pays attesté par la diversité de la clientèle servie.

Niché au cœur du Marais, dans le dédale d’une cour classée d’un immeuble malheureusement entièrement dédié aux locations saisonnières, l’Atelier Guillot est spécialisé dans la restauration de pièces d’orfèvrerie anciennes, théières, timbales, couverts, chandeliers, ainsi, ce qui n’est pas commun, que dans la restauration de vaporisateurs à parfums anciens. Argent massif, métal argenté, laiton et cuivre rouge, étain, bronze, régule, bois précieux, ébène, palissandre, nacre, corne et cristal n’ont plus de secret pour Christophe et Isabelle qui ont à leur actif plus de 25 ans d’expérience.

Respect des traditions de l’art de l’orfèvrerie et de l’artisanat avec un outillage traditionnel, marteaux, bouterolles, tas et autres bigornes liés à la passion du métier sont à l’origine de véritables  miracles qui font renaître des objets abîmés, maltraités par le temps qui retrouvent tout leur éclat une fois traités dans cet atelier.  Qu’il s’agisse de théières en argent massif cabossées, de couverts désargentés, de chandeliers tordus, d’une cafetière dont l’anse est cassée, d’une timbale en argent, d’une statuette en régule brisée, d’un vaporisateur qui ne fonctionne plus et bien d’autres pièces encore, tout ou presque est réparable.

Un devis peut être établi sur photo en fonction des opérations à mener sur les pièces en métal (débosselage, soudure, planage, polissage, ré argenture, dorure, tabletterie, clissage – anses en rotin sur théière ou bouilloire-, chromage et recimentage de lames acier, fabrication de pièces manquantes) mais aussi sur les flacons à parfum (remplacement de poires, changement de passementerie, remplacement du tube plongeur, nettoyage du flacon, ébréchures sur le cristal).

Un espace de vente de vaporisateurs anciens où se côtoient des flacons en cristal a été installé dans l’atelier.

Un lieu magique qui rappelle les métiers d(autrefois mais montre qu’ils sont toujours d’actualité et force notre admiration. L’annulation des Journées européennes des métiers d’art ne permettra pas d’assister cette année à des démonstrations de planage de timbales (voir photo ci-dessus) ou de restauration de vaporisateurs à parfum. 

« Objets inanimés avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?  »  Alphonse de Lamartine (Harmonies poétiques et religieuses)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *