Camées et intailles à profusion

Il arrive parfois que des expositions exceptionnelles et rares soient proposées au public. Tel est le cas de celle intitulée « Pierres gravées » qui se tient à l’École des Arts joailliers jusqu’au 1er octobre 2022. Elle montre la collection de pierres gravées du marchand d’art Guy Ladrière qui comporte 200 camées, intailles, petites sculptures et autres bagues, en rubis, cristal de roche ou sardonyx. Un panorama de technique et de styles, de l’Antiquité au XIXe siècle dans l’art de graver les pierres appelé glyptique. Mais aussi « un savoir-faire mêlant sculpture et gravure de la pierre, que l’on retrouve encore chez quelques grandes maisons de la Place Vendôme. »

Les camées sont des pierres gravées en relief alors que les intailles le sont en creux et l’exécution se fait à l’envers quand il s’agit de sceaux !  Il faut souligner que les graveurs jouent avec la polychromie et la structure des pierres. Dans cette exposition se côtoient un sceau d’empereur romain, des amulettes de guerriers ou bien une bague de mariage. «  Les Romains pour l’art grec, les gens de la Renaissance et leur penchant pour l’Antiquité, les amateurs néoclassiques du 19e siècle, tous ont aimé collectionner avec passion et rechercher ces pierres de mémoire. »  Comme Louis XIV qui en possédait une importante collection. l’exposition nous fait découvrir le travail d’artistes anonymes car les pièces sont rarement signées.

Il est intéressant de souligner ici que le plus grand camée « Vénus et l’Amour » ayant appartenu à Mazarin puis à Louis XIV a été acquis par Le Louvre il y a peu grâce à une campagne de mécénat, au prix de  2,6 millions d’€. il s’agit d’un véritable chef d’œuvre du XVIe siècle  créé par une famille de graveurs travaillant entre Prague et Milan, les Miseroni. 

Deux ouvrages de Philippe Malgouyres (commissaire de l’exposition, historien de l’art et conservateur en chef du patrimoine au Département des Objets d’Art du musée du Louvre depuis 1997) viennent compléter l’exposition qui présente l’avantage de se situer « au croisement de l’histoire de l’art, de la gemmologie et de l’histoire des techniques.« 

 

 

31, rue Danielle Casanova, 75001 Paris .  Ouvert du mardi au samedi, de 12h à 19h / Entrée gratuite, sur réservation / Réservez votre créneau sur www.lecolevancleefarpels.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.