La désolante banalisation de l’esplanade de l’Hôtel de ville

Nous avons déjà critiqué l’utilisation de l’esplanade de l’Hôtel de ville en champ de foire.  Ce n’est pas la vocation de ce lieu qui doit rester dégagé et représenter un Paris plus « classieux » en harmonie avec son environnement immédiat, l’Hôtel de ville, un bâtiment magnifique et imposant.

Déjà des bancs grossiers et disgracieux gâchent les contours de la place, mais si en plus on y installe des manèges, patinoires et autres stands tout en y organisant aussi des concerts accompagnés de grands écrans. Régulièrement tout au long de l’année la place est envahie.

Actuellement ce sont des « foodtrucks » ces camions-restaurants équipés d’une cuisine qui ont envahi l’esplanade pour 3 jours dans le cadre de la nouvelle édition du festival « cuisine de rue« . 20 véhicules occupent la surface. Les odeurs de graisse côtoient les visiteurs et ce ne sont pas les arguments sur l’éco responsabilité dont il fait est fait référence sur le site Paris.fr qui changeront la donne sur ce plan.

Par ailleurs Paris qui regorge de restaurants et autres buvettes, en a t-elle besoin de davantage ? La cuisine proposée est rarement française alors que c’est elle qui devrait être mise en avant, les touristes étant très nombreux en été ? On ne comprend pas très bien cette anomalie d’autant que notre art de vivre ne se résume pas à manger sur le pouce debout au « comptoir » d’un simple camion-cuisine faisant penser aux roulantes des armées d’autrefois! Le rituel qui accompagne les repas perd ici tout son sel, une façon bien banale de déjeuner ou de dîner.

Phénomène de mode, cuisine banalisée, engouement venu d’Amérique du Nord, les « foodtruck » dénaturent notre art culinaire tant envié mais grignoté par l’imitation des pratiques anglo-saxonnes. Ces installations ont plus leur place dans les foires et aux carrefours de routes fréquentées afin de pouvoir se sustenter rapidement que devant l’Hôtel de ville… Cette banalisation de l’espace public parisien est particulièrement désolante et contrairement à ce qui peut être affirmé ici et là cela ne grandit pas la ville lumière qui de cette manière perd un à un ses feux. Il ne faut pas aller en chercher plus profondément les raisons!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.