La restauration de la fontaine Stravinsky a débuté

Ouf ! La restauration tant annoncée de la fontaine Stravinsky de Niki de Saint-Phalle (1930-2002) et Jean Tinguely (1925-1991), avec ses 16 célèbres sculptures en métal et résine, vient enfin de débuter. Ce chantier intégré aussi la remise en état des systèmes hydraulique, mécanique et électrique (mise aux normes) ainsi que l’étanchéité du bassin et le banc en inox qui entoure le bassin. On nous promet de la revoir telle qu’à ses débuts, voilà 40 ans, à compter du printemps 2023.
Cette restauration effectuée par des conservateurs restaurateurs sera supervisée par la Conservation des œuvres d’art civiles et religieuses de la ville de Paris. Le système de recyclage et du traitement adoucissant des eaux sera revu afin de mieux protéger cet ensemble. La mairie rappelle que  » le chantier bénéficie d’un mécénat de compétence d’Eau de Paris et d’un partenariat avec le musée de l’Air et de l’Espace qui accueille les sculptures pour leur restauration.  » En effet le budget nécessaire à cet remise en état totalise la bagatelle de 1,6 million d’€.
Soulignons que cet ensemble, anachronique dans son environnement excepté la proximité du Centre Pompidou, a été installé en 1983 dans le cadre de l’action artistique et de la politique de l’eau menées alors par de la ville qui a permis la création de 12 fontaines modernes.  La fontaine qui nous intéresse ici comprend  » 7 mobiles de Jean Tinguely, 6 figures en résine colorée de Niki de Saint-Phalle et 3 sculptures réalisées conjointement par les deux artistes. Ces œuvres d’art, imaginées sur le thème du ballet du Sacre du Printemps, rendent hommage au compositeur Igor Stravinsky (1882-1971) dont la place porte le nom. » C’est pourquoi, outre leur mouvement, ces sculptures (La Sirène, Ragtime, Le chapeau de clown, Le Renard, Le Cœur, La Diagonale, L’Éléphant, La Vie, Le Rossignol, Le Serpent, La Mort, L’Oiseau de Feu, La Clé de Sol, L’Amour, La Spirale et La Grenouille) se meuvent au son de musiques du célèbre compositeur. Les décideurs auraient très bien pu à l’époque défendre les musiciens français et choisir par exemple Maurice Ravel  tout aussi renommé et connu pour sa pièce « Jeux  d’eau  » dédiée à Gabriel Fauré son maître.
La mairie tient à souligner à propos de ce chantier qu’il « fait partie des projets lauréats de l’édition 2018 de Budget participatif « . 
Nous sommes impatients de revoir cette installation retrouver son éclat initial et encore plus de savoir comment sera assuré son entretien afin que papiers et détritus en tous genres  ne viennent pas quotidiennement contrarier cet effort de restauration et son maintien en l’état ? Une vraie gageure dans un lieu aussi fréquenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.