La restauration de Notre-Dame respectera le calendrier imparti

L’interview du général Georgelin dans Le Figaro  du 22 juillet complété par la visite ce jeudi 23 de la ministre de la culture mettent à nouveau Notre-Dame sous les projecteurs alors que le chantier est entré dans la phase de restauration (et non de reconstruction comme cela est souvent indiqué).

Le responsable missionné pour piloter le chantier reconnaît que la date de 2024 fixée pour rendre au culte la cathédrale (la date du 8 décembre est souvent avancée), au moment où l’essentiel de la restauration sera accomplie, n’est pas évidente et que tout sera fait pour y parvenir malgré tout,  » un objectif tendu, rigoureux et compliqué » ajoute t-il.

Ce dernier démonte au passage différentes critiques émises, notamment sur la qualité des bois qui formeront la nouvelle charpente. Aux rumeurs soulignant que certaines grumes sont trop vertes (en fait un faux problème) ou que d’autres sont fendues, le général Georgelin précise que ce sujet a été anticipé et le nombre d’arbres prévus est supérieur aux besoins.

Les chiffres liés au chantier sont impressionnants. Tout d’abord les dons totalisent 846 millions d’€ (340 000 donateurs dans 150 pays). 150 millions d’€ ont été consacrés à la consolidation de l’édifice. 550 millions d’€ seront nécessaires pour la restauration proprement dite, l’intérieur et le grand orgue ainsi que la voûte, la charpente, la flèche … et le nouveau système de sécurité par brumisation afin d’éviter tout nouvel incendie sans oublier le dispositif qui permettra de récupérer l’eau de pluie du toit afin d’en éliminer le plomb.  600 tonnes d’échafaudage seront installés à l’intérieur pour reconstruire la flèche , il culminera à 100 mètres de hauteur…  130 corps de métiers sont mobilisés. 130 lots de travaux et prestations ont été constitués, déjà attribués aux 2/3. De nombreuses oeuvres sont en restauration dans des ateliers sur tout le territoire. Le grand tapis a été confié  à des mains  expertes au sein du Mobilier National.

La situation économique actuelle entraîne l’augmentation du prix des matières premières qui doit être intégrée mais l’architecte en chef Philippe Villeneuve indique n’avoir aucun problème d’approvisionnement en bois, pierre et plomb.

Autre sujet, les fouilles préventives à l’intérieur et sur le parvis ont révélé d’anciens sarcophages, des parties de l’ancien jubé. D’autres découvertes sont à prévoir.  

Dès la réouverture, les travaux de restauration de l’extérieur seront lancés après concertation avec les différents intervenants sachant que 146 millions d’€ seront encore disponibles. Le général Georgelin insiste sur le fait que la totalité des dons servira à la restauration de Notre-Dame ainsi qu’il avait été précisé lors du lancement de la souscription nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.