La situation problématique des transports en commun

Le journal Le Parisien vient de faire sa une parisienne sur les dysfonctionnements des transports en commun. Alors que la ville est devenue un immense bouchon conséquence de réaménagements, de travaux sans fin et de plus en plus nombreux, des opérations « Paris respire » ou des journées sans voiture et de la multiplication des engins dédiés aux déplacements appelés par abus de langage   » doux « , il apparait que les transports en commun dysfonctionnent dans des conditions de plus en plus déplorables. Offre insuffisance, irrégularité fréquentes, bus bondés, temps d’attente de plus en plus long, pendant que nos autorités s’échignent à mettre en place des lignes la nuit pour les fêtards ! C’est le mode à l’envers, il est fait davantage de cas aux partisans de la fête qu’aux  travailleurs diurnes.

Selon Le Parisien les transports parisiens souffriraient d’un manque crucial de conducteurs de trains et de bus touchant toute l’Ile de France. Ce qui a pour  conséquence des temps d’attente rallongés partout en Île-de-France, ce qui agace fortement les voyageurs. Pour le président de l’association d’usagers il faut aussi plus de trains et il est devenu  » primordial d’améliorer les conditions de transport avant d’envisager d’augmenter le prix du passe Navigo« . en 2023, annoncé par la présidente de région. Est-ce d’ailleurs bien le moment ? Selon les associations d’usagers le gros point noir concerne les bus, avec des attentes atteignant à certains endroits jusqu’à 40 mn ! N’est-ce pas une volonté déguisée de voir les usagers enfourcher des vélos? Malheureusement pour nos décideurs, tout le monde ne peut pas faire du vélo. Paris ne s’y prête d’ailleurs pas contrairement aux affirmations dispensées ici et là.  On assiste à des situations ubuesques où le bus tant attendu est tellement bondé quant enfin il arrive à son arrêt qu’il faut attendre le suivant pour peut-être pouvoir y monter. Les usagers se demandent s’ils ne sont pas pris pour des bestiaux…  ? Or nous sommes en 2022! L’incompréhension des usagers est totale.

Les dysfonctionnements doivent faire l’objet d’analyses afin de les corriger et de mettre en œuvre les solutions adéquates. Les Français et donc les Franciliens souffrent dans bien des domaines de ces manques d’anticipation de l’administration qui coûtent cher au final et nous indisposent grandement. Nous l’avons souvent précisé dans ce blog, la réduction des voies de circulation et leur réaménagement doivent s’accompagner d’un redéploiement, voire d’un développement conséquent des transports en commun sinon nous en arrivons à la situation actuelle de saturation. L’anticipation n’est en effet pas suffisante il faut aussi une bonne coordination entre les acteurs et décideurs, en particulier entre la région et Paris ? il apparait aujourd’hui que nous sommes loin de cet objectif et ce sont les usagers qui en font une nouvelle fois les frais.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.