L’aggravation des déplacements dans Paris

A plusieurs reprises nous avons pointé le « gigantisme » des pistes cyclables souvent aménagées sur les grands axes de façon à limiter la circulation automobile et en conséquence censées diminuer la pollution atmosphérique. Le constat est que malheureusement le but recherché n’est pas atteint en dépit des annonces faites ici ou là, y compris à l’Hôtel de ville. Les Parisiens sont soumis régulièrement à des pics de pollution. L’interdiction de circulation sur certaines voies provoque un report du trafic sur d’autres axes. Les pistes cyclables sont le plus souvent désertes, un peu moins toutefois depuis l’arrivée en masse des trottinettes électriques. Le rétrécissement des voies avec l’installation de kilomètres « d’autoroutes » pour bicyclettes ne réduit pas le trafic mais contraint les autres véhicules à rouler sur un espace réduit avec moins de vois aggravant les embouteillages et là aussi la pollution atmosphérique.

Retards, difficultés de circulation sont faits pour inciter les Parisiens à prendre les transports en commun. Dans ce cas s’il vous arrive d’emprunter le bus, le nombre de voies étant réduit à une, voire deux, telles la rue de Rivoli, alors vous « n’êtes pas rendu de sitôt » (expression normande) et vous devez vous rendre à l’évidence qu’excepté le métro, aucun effort n’ayant été entrepris pour multiplier les transports en commun, les rendre plus fréquents et plus fluides, c’est encore le contribuable et utilisateur qui se trouve berné ! La situation du serpent qui se mord la queue.

Les grands oubliés des pistes cyclables et des trottinettes sont les personnes qui ont du mal à se déplacer, les personnes âgées, les parents avec leurs enfants en landau, les personnes handicapées et les artisans pressés qui doivent finir leurs travaux dans des délais impartis. Qu’a-t-il été fait pour eux ? On les imagine difficilement empruntant des vélos et les trottinettes ? N’y a-t-il pas une forme d’égoïsme à l’égard de tout un pan des Parisiens et Parisiennes laissés à leur sort pour se déplacer pendant que tout est fait et au-delà pour d’autres ? Que dire aussi des récentes modifications des lignes de bus qui aggravent encore plus la situation !

Les élections municipales approchant, ce sujet vaut vraiment la peine d’être pris en compte sinon rien ne se passera et on continuera de favoriser les uns au détriment des autres …

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *