Lancement par la mairie du projet d’aménagement du parvis de Notre-Dame

Les dossiers lancés à jet continu par la mairie de Paris donneraient presque le tournis tant ils sont nombreux. Aujourd’hui c’est au tour de l’aménagement du parvis de Notre-Dame qui va être examiné par le conseil de Paris qui se tient du 13 au 16 avril. Officiellement il s’agit d’améliorer l’accueil du public. L’incendie de la cathédrale, il est vrai, est une merveilleux prétexte pour faire avancer ce dossier dont, souvenons-nous, en 2016 déjà, s’était saisi l’ancien Président de la République en mandatant l’architecte Dominique Perrault. Son étude aboutissait à un réaménagement d’ampleur trés critiqué tant il transformait l’ensemble du site, y compris les quais hauts et bas, avec création d’un débarcadère sur la Seine ou encore une grande galerie commerciale. Ce projet urbain exposé quelque temps à la Conciergerie semblait être tombé dans les oubliettes mais l’incendie de la cathédrale du 15 avril 2019 l’a remis d’actualité avec l’idée d’un concours d’architectes toujours dans l’esprit d’un opération urbanistique d’ampleur, sachant que les locaux du tribunal de Paris sont libres, qu’une partie des locaux des l’Hôtel Dieu est à réaffecter.

Heureusement ce dossier a déjà été préparé en amont depuis un an avec l’Etat, le diocèse et l’Etablissement public pour la restauration de Notre-Dame, le projet est jugé assez abouti pour être présenté au conseil de Paris. Cette étude préliminaire permettra d’éviter, espérons le, les guinguettes et lieux de fêtes sur les bords des quais bas. Un tel choix serait totalement antinomique avec l’esprit des lieux. Il est déjà acquis que le ville interviendra à hauteur de 50 millions d’€.

Bien entendu la mairie annonce qu’elle procédera à une large consultation citoyenne. Nous savons déjà quelle en sera la portée !  Rappelons la manière dont la mairie avait suivi l’avis du commissaire enquêteur au terme de l’enquête publique relative à la fermeture des quais Rive-Droite à la circulation  automobile…? Il n’empêche qu’il est toujours bon d’afficher en matière de communication que les « citoyens sont intégrés au projet« . surtout si elle est cette fois nationale comme le relate la presse.

Il semble que le cahier des charges prévoira de « repenser complètement l’accueil […] et les accès, …la végétalisation du site » avec « des parcours de promenade à travers l’île » afin de faire revivre un quartier qui se meurt et pour cause encore plus depuis l’incendie. Tout sera entrepris est-il indiqué pour « faire revenir les Parisiens dans le berceau de Paris et accueillir les visiteurs dans de meilleures conditions« .

Nous comprenons au final, à partir des informations partielles communiquées que le projet s’articule autour de plusieurs axes qui sont » la mise en valeur historique, patrimoniale et paysagère», «la diversification des usages», «la création d’un parcours d’accueil, d’attente et de découverte» et «le renforcement des qualités environnementales» du site.

Le planning prévoit la remise du cahier des charges cet été 2021, puis la sélection du projet «lauréat» en été 2022. Quant au démarrage des travaux, il est envisagé après la tenue, s’ils ont lieu, des Jeux Olympiques en 2024. entre temps la restauration de Notre-Dame aura bien avancé. 

Ce dossier constitue un bon test pour la mairie qui devra démontrer à ceux nombreux qui dénoncent l’enlaidissement de la capitale qu’il est possible de respecter le caractère unique et si particulier de Paris.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.