L’application « DansMaRue » connait une panne sévère

La mécanique « DansMaRue » ne s’est pas grippée, elle est à l’arrêt, plus rien ne se passe après avoir fait un  signalement pour:
– enlever les tags, les affiches et les stickers sauvages qui partout fleurissent et durent ( à l’aune des carrelages défigurant les façades),
– éradiquer les dépôts sauvages qui se multiplient et s’incrustent,
– réparer les trottoirs et les chaussées abîmées qui prolifèrent…
– attirer l’attention sur les rats et les dysfonctionnements (arbres dangereux, les épaves de deux roues, armoires électriques éventrées, éclairage public défectueux …).
Des réponses automatiques non suivies d’effet sont adressées à la suite de déclarations faites sur le site « DansMaRue » comme celles concernant les terrasses éphémères et miséreuses qui défigurent les rues parisiennes,  maintenues malgré la fermeture des bars et restaurants ? Les déclarants sont médusés par une telle désinvolture.
Pendant ce temps se développent les incivilités qui défigurent de plus en plus la capitale et lui donnent ce visage de malpropreté auquel nous ne nous résignons pas. Paris ne mérite pas cela et les Parisiens non plus qui voient l’aspect de leur ville se dégrader. Ils ont honte. Honte de cette dégradation progressive qui salissent nos rues, à ces méfaits à grande échelle qui sont devenus au fil des années un véritable phénomène qui dépasse largement l’appellation d’incivilités qui leur est toujours réservée par les élus et l’administration.
Dans ce contexte il est donc particulièrement dommageable que « DansMaRue », tant vanté lors de son lancement par la mairie de Paris, ait perdu toute efficacité provoquant le mécontentement des habitants qui s’étonnent que la mairie ne communique pas pour faire part de ces déboires et comment elle pense remédier à cette situation qui ne semble plus sous contrôle.
La question qui vient à l’esprit est de savoir si la mairie de Paris est au courant de cette grande panne ? Ce n’est pas impossible dans une organisation où il y a pléthore de niveaux hiérarchiques et où les responsabilités sont en conséquence diluées.
Faut-il changer les sous-traitants ? Le système est-il si engorgé qu’il s’est trouvé asphyxié et doit être « up gradé » ou même changé.  Nous ne pouvons pas croire que la mairie de Paris ait choisi la voie de la passivité en sous-estimant cette organisation à laquelle bon an mal an malgré quelques dératés,  les Parisiens indignés par toutes ces dégradations et la malpropreté ont adhéré.
Lorsqu’en octobre dernier nous avions échangé avec Colombe Brossel, adjointe en charge de la propreté à la mairie de Paris, il nous avait été fait état de la mise en œuvre d’une nouvelle méthode de traitement  pour réduire la malpropreté. A l’évidence, celle-ci tarde à se mettre en place ou alors elle ne produit pas les effets escomptés.
La mairie de Paris doit se pencher rapidement sur le malade « DansMaRue » et lui administrer des remèdes qui lui permettront de retrouver toute son efficacité dans les meilleurs délais !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.