Le quartier Morland sera t’il un quartier « apaisé » au cœur battant ?

L’aménagement du quartier Morland arrivera à son terme au printemps après plusieurs années de travaux, fruit de la coopération entre la mairie, la société Emerige, le cabinet d’architectes anglais David Chipperfield et l’agence Calq Architecture.

L’ensemble comprend un restaurant panoramique, un hôtel de luxe (5 étoiles 161 chambres), 80 logements sociaux, 34 logements en accession, 84 logements intermédiaires (enfin), une galerie d’art, 11 commerces, des bureaux, une auberge de jeunesse XXL de 404 lits, un marché alimentaire, un réparateur de bicyclettes, une piscine et la création d’une rue ouverte au public, qui permet de rejoindre le boulevard Morland à la Seine, via un bâtiment en forme de H datant des années 50 édifié dans le plus pur style stalinien avec sa tour principale haute de 56 m  (16 étages)… Le tout agrémenté de 1 000 m2 de jardins, de 2 800 m2 d’agriculture et 300 m2 d’habillage végétalisé sur les toitures (80 000 plantes essentiellement comestibles et vivaces annoncées). La gestion des toits végétalisés a été confié à la micro entreprise « Sous les fraises« . Un gestion visant à favoriser la biodiversité

L’opération Morland baptisée « Morland Mixité sociale » a créé de toutes pièces un quartier qui couvre une parcelle de 8 379 m2 et représente 43 000 m2 de plancher. Le coût affiché de ces aménagements atteint tout de même la bagatelle de 450 Millions d’€.

Pourquoi un projet de cet ampleur à cet endroit ? Les concepteurs affirment, outre l’habillage « Réinventer Paris » qui lui est accolé, que le but est de créer un lieu de vie au travers d’aménagements conçus dans ce sens avec aussi la mise en place d’une ASL (Association Syndicale Libre) chargée de l’animation, de gérer et d’animer le lieu tout en le rendant moins minéral par la création de zones végétales. Par ailleurs il s’agit de démontrer qu’il est possible entre logements, commerces et bureaux  de mutualiser l’eau, les besoins énergétiques au moyen de recyclage (chauffage/production de froid etc…). Les activités d’agrément (fitness, restaurant, marché, commerces divers) et les espaces verts ne seront pas réservés aux seuls occupants mais ouverts à tous.

L’enthousiasme de tous ceux qui ont travaillé sur ce chantier est presque communicatif. La question est de savoir si la greffe de ce quartier nouveau au sein du secteur de l’Arsenal va prendre. Un quartier plutôt calme avec toutefois beaucoup de circulation le long des quais de Seine et boulevard Morland.  A qui sera donné le privilège d’occuper les 200 nouveaux logements ? Les heureux bénéficiaires seront-ils des habitants de Paris Centre à la recherche de logements plus grands et plus modernes ? Quelle sera la vie nocturne dans cet endroit un peu reculé ? Une fête de tous les soirs, perturbant les nouveaux occupants que pourrait conforter quelque barge arrimée sur le quai de la Seine en contrebas, manière de prolonger celles qui se trouvent déjà le long du fleuve et dont on connait hélas le lot de nuisances amenées dans leur sillage?  Le nom « Morland mixité sociale » serait alors employé bien mal à propos puisque le but recherché et voulu par les élus est ce fameux « vivre ensemble » qui devrait se traduire par « respectons nous les uns les autres ». D’expérience nous savons que ce principe s’écrit plus facilement qu’il ne se pratique malheureusement…Le vécu est trop souvent tout autre.

Nous serons particulièrement intéressés par l’évolution de ce quartier par rapport aux objectifs fixés et attendus. Nous espérons sincèrement que la gageure pourra être tenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.