Le square intemporel du Vert Galant

Au pied de la statue d’Henri IV sur le Pont Neuf s’étend au niveau de la Seine, à la pointe ouest de l’Ile de la Cité, le square du Vert Galant, surnom donné à Henri IV dont on ne comptait plus les conquêtes. Il est le fruit de la réunion de petites îles dont l’Ile aux Juifs, celle où furent exécutés les Templiers, en particulier Jacques de Molay, le dernier grand maître de l’ordre, le 18 mars 1314.

Un café concert a été aménagé sur le square en 1865 mais ne fut pas reconstruit à la suite des inondations qui l’avaient détruit quelques années plus tard. Le terrain qui à l’origine ne servait qu’aux bains à été cédé à la ville de Paris en 1884 afin de le transformer en jardin public. Il est intéressant de signaler que par le passé des projets de construction sur l’emplacement du square, inondable, ont été proposés. A l’époque de Colbert, c’est un forum à l’antique agrémenté d’obélisques, de statues de grands capitaines de l’histoire de France, d’un bassin et d’une statue de Jeanne d’Arc que le roi a refusé. Au début du XIXe siècle des thermes imposants qui auraient été dénommés Napoléon Ier ont été imaginés par l’architecte Guy de Gisors (1762-1835) à qui l’on doit la cathédrale Saint-Vincent de Mâcon, mais l’empereur ne donna pas suite.
Labellisé « Espace vert écologique » depuis 2007, ce square de 1 642 m2 décoré, outre d’une fontaine Wallace, d’une pierre provenant de l’Ile de Sainte-Hélène de Montréal (déposé à cet endroit à l’occasion de l’exposition universelle de 1967), est réputé pour abriter une faune et une flore inattendues. Ifs, marronniers, érables, catalpas, robiniers, buissons ardents et ginkgos sont le domaine non seulement des Parisiens et passants mais aussi de cygnes, de moineaux, de poules d’eau et de mouettes, sans oublier les rats nombreux qui y trouvent nourriture tout en restant à proximité de l’eau.
Eugène Atget auquel nous avons consacré un article le 29 juillet dernier et Robert Doisneau ont immortalisé le square avec leur appareil photo.
Sources diverses dont Wikipedia, office du tourisme de Paris et Paris.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.