Petite histoire de la maison Paquin

Au 5 rue de la Paix se trouve le palace Park Hyatt Paris-Vendôme, il appartient à la chaîne américaine éponyme. cet immeuble fut pas le passé un des lieux trés fréquentés de la haute couture puisqu’il abritait, ainsi que le 3, la fameuse maison de couture Paquin, l’une des plus importantes qui fut créée en 1891. Elle  doit sa renommée aux talents de Jeanne Paquin. Cette dernière, originaire de l’Ile Saint-Denis, après une formation de modéliste, entre dans la maison qu’elle rendra célèbre après avoir « fait ses classes » chez  plusieurs concurrents. C’est à la suite de sa rencontre avec Isidore Jacob dit Paquin,  à l’époque associé et avec lequel elle se marrie, qu’elle décide de créer, sous son propre nom, l’établissement de la rue de la Paix.

Les modèles créés par Jeanne Paquin connaissent un vif succès. Ses » clients … étaient aristocrates, stars du showbiz et d’autres célébrités. » Jeanne Paquin a su parmi les premières s’adapter aux évolutions de la société et lança le modèle tailleur avec jupe plissée. Sa maison occupe une place de tout premier plan dans la haute couture parisienne et connaît un rayonnement international soutenu aussi par les talents indéniables de financier d’Isidore Paquin. 

« Ses robes du soir aux tons pastel, inspirées de motifs du XVIIIe siècle, ses modèles ornés de fourrure ou d’incrustations de dentelle, lui assurent rapidement une grande notoriété. Femme d’affaires avisée, elle est en outre l’une des premières à pressentir l’intérêt des techniques de promotion (la « réclame », comme on disait à l’époque), n’hésitant pas à apparaître entourée de ses mannequins à l’Opéra ou les jours de Grand Prix, et à organiser de véritables défilés de mode pour promouvoir ses nouveaux modèles » Elle présida la section « mode » de l’exposition universelle de 1900. 

Avec un sens inné du commerce, Jeanne Paquin « transfère, en 1896, son siège à Londres… tout en gardant sa succursale de Paris. En 1912, elle ouvre à New York, sur la Cinquième Avenue, une boutique consacrée à la fourrure, qu’elle confie à son demi-frère, Henri Joire, tandis que, peu après, deux nouvelles succursales voient le jour à Madrid et à Buenos Aires. »

Jeanne Paquin a su parmi les premières s’adapter aux évolutions de la société et lança le modèle tailleur avec jupe plissée. La maison Paquin occupe une place de tout premier plan dans la haute couture parisienne et connaît, sous l’égide de Jeanne Paquin, un rayonnement international. Très moderne elle n’hésite pas à collaborer avec les artistes de cette époque tels Robert Mallet-Stevens, Auguste Bluysen et Louis Süe qui décorèrent ses lieux de vente et ses résidences privées dont sa villa de Saint-Cloud.
Après la mort de son époux, elle passa la main en 1920. La renommée subsista longtemps encore. Ainsi les costumes du film « La Belle et la Bête » tourné en 1946 par Jean Cocteau sont dus au ciseaux d’Antonio Canovas del Castillo qui dirigeait alors la célèbre griffe. Après le rachat de Woerth en 1953, l’entreprise, en proie à des difficultés financières significatives, ferme définitivement ses portes en 1956. Nombreux sont les couturiers qui ont laissé leur nom dans l’histoire de la mode, tel que Jacques Doucet et Paul Poiret, tous installés à Paris. Beaucoup de maisons de couture célèbres disparaîtront entre 1929 et 1950 pour laisser la place à Coco Chanel et à Jeanne Lanvin puis à Balenciaga, Nina Ricci et, après la deuxième guerre mondiale, à Christian Dior, Pierre Balmain, Hubert de Givenchy, Carven. En 2010, de façon trés confidentielle, la marque a été relancée dans le prêt à porter et le parfum.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.